Monde

Deez Nuts, la blague qui atteint 9% dans un sondage pour la présidentielle américaine

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 21.08.2015 à 14 h 50

Repéré sur Rolling Stone, The Guardian, Quartz

Un Américain de 15 ans a créé une candidature fantaisiste qui, d’après un sondage, a l’air d’être prise au sérieux.

Phil Buck

Phil Buck

On pensait qu'avec Donald Trump la campagne américaine avait touché le fond. Visiblement, on creuse encore.

Un dernier sondage venant de Caroline du Nord indique qu'un dénommé Deez Nuts atteint les 9% dans l'État, après avoir déjà atteint 8% dans le Minnesota et 7% dans l'Iowa, raconte Rolling Stone.

Vous l'avez bien compris, Deez Nuts est une petite blague.

Comme le détaille Know Your Meme, «Deez Nuts est un série de vidéos contenant un extrait de WelvenDaGreat en train de dire “deez nuts” [“ces boules”] au téléphone, et qui est souvent utilisé comme punchline dans plusieurs vidéos sur Instagram et Vine».

 

Une blague à peu près aussi recherchée que nos «Qui? Mon cul».

Le site précise par ailleurs que Dr. Dre en est un des précurseurs. Dans l'intro de «Deeez Nuts» justement, sur son premier album solo, The Chronic, on peut entendre Warren G faire cette blague au téléphone.

 

«Hilarant»

Le Guardian a mené son enquête et donc finalement découvert que le dénommé Deez Nuts était –étonnament– un pseudo. Un peu plus étonnant cependant, la personne qui se trouve derrière est Brady Olson, un lycéen de 15 ans, qui vit à Wallingford, dans l'Iowa. Interrogé par le quotidien britannique, il a répondu par email:

«Je ne m'appelle pas Deez Nuts. Je suis un ado de 15 ans qui a rempli le formulaire et mis le feu à la campagne, et maintenant je fais les meilleurs scores pour un parti tiers depuis Ross Perot [candidat indépendant lors de la campagne de 1992]. Je l'ai raconté à ma famille et à certains de mes amis à l'école, et ils trouvent ça hilarant.»

Malheureusement pour lui, Deez Nuts risque de ne pas pouvoir accéder à la Maison Blanche. Le président doit être âgé d'au moins 35 ans.

Le Guardian rappelle qu'il est loin d'être le seul à avoir créé une candidature fantaisiste:

«Il y a 585 candidats enregistrés pour la présidentielle de 2016, dont un Sydneys Voluptuous Buttocks [les fesses plantureuses de Sydney] (indépendant), Président Empereur Caesar (démocrate), Buddy Le Chat (démocrate), Écrevisse Écrevisse (autre), Bailey l'Chien (indépendant), Buddy l'Elfe et Lindsay Graham (républicain). Aucun d'entre eux —contrairement à Deez Nuts— n'a reçu un quelconque soutien dans le sondage de PPP en Caroline du Nord.»

Les États-Unis sont habitués à ce genre de candidats. Lors de la primaire du New Hampshire, quarante-quatre personnes s'étaient lancées dans la course. Parmi elles, un homme –Vermin Supreme– promettait d'offrir un poney à chaque Américain.

Ces dernières semaines, le podcast d'On the Media, l'émission de critique des médias de la radio WNYC et de NPR, a par ailleurs régulièrement rappelé qu'à ce stade de la course les sondages ne voulaient rien dire et qu'en raison des marges d'erreur des conclusions trop hâtives en étaient trop souvent tirées.

 

«Les sondages sont débiles.»

Quartz explique de son côté que l'institut de sondages PPP a ajouté Deez Nuts à la liste après une demande de l'adolescent «et un spécialiste des sondages de PPP a décidé qu'il serait intéressant et amusant de l'opposer à Trump».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte