Monde

À Londres, une piscine en verre suspendue entre deux immeubles

Temps de lecture : 2 min

C’est le grand projet de l’Embassy Garden pour 2018: une piscine entre deux immeubles de dix étages à trente-cinq mètres de haut, avec le vide en dessous.

Dessin de la «Sky pool» à Londres | Ballymore Group
Dessin de la «Sky pool» à Londres | Ballymore Group

Si vous êtes amateur d’innovations et de sensations fortes, le projet du promoteur immobilier Ballymore pourrait vous intéresser. Prévue pour pour 2018 dans à l’Embassy Garden, dans le quartier de Nine Elms, à Londres, la «Sky Pool» sera «la première dans son genre dans le monde» selon Sean Mulryan, directeur de Ballymore.

Dessinée par Arup Associates avec l’aide des spécialistes d’Aquarium Reynolds, la piscine mesurera 25 mètres de longueur et sera épaisse d’une couche de 20 centimètres de verre. Totalement transparente, les quelques chanceux qui s’y baigneront auront la sensation de flotter au-dessus des 35 mètres de vide en dessous.

Crédit: Ballymore Group

Ceci dit, cette piscine ne sera pas accessible au premier venu. Avec un coût total de plus de quinze milliards de livres (21 milliards d’euros) de la part de Ballymore pour l’ensemble du projet immobilier, il faudra compter au moins 602.000 livres (845.000 euros) pour devenir propriétaire dans l’édifice et profiter de la fameuse piscine, son spa et son bar d’été avec vue sur le Parlement anglais.

Projet communication

Une piscine en plein air dans une ville qui est loin de connaître 365 jours de soleil par an, n’est-ce pas un peu déraisonnable? Interrogé par The Guardian, Henry Prior, agent immobilier dans le luxe, se demande aussi s’«il y aura suffisamment d’exhibitionnistes pour la remplir».

En tout cas, ce n’est le premier projet de piscine en plein air qui fait parler de lui à Londres. Depuis avril dernier, un projet de piscine flottante sur la Tamise est aussi envisagé. Selon son architecte, Chris Romer-Lee, Londres vit une révolution dans le monde de la piscine:

«Les piscines intérieures ont fait leur temps […], les gens n’en peuvent plus des odeurs et des conditions d’hygiène.»

Coûteux, ces projets ne profiteront surement qu’à l’élite londonienne, qui préfère peut-être quitter la grisaille pour profiter d’un bon bain.

Slate.fr

Newsletters

Arrêtez de croire que les gens ne lisent plus aux États-Unis

Arrêtez de croire que les gens ne lisent plus aux États-Unis

«Nous sommes une nation de lecteurs», assure la directrice exécutive de la National Book Fondation.

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

L’état d’urgence signé par Trump n’est qu’une nouvelle manifestation de son obsession pour un mur qui, loin de protéger les États-Unis, a pour fonction de sauver la peau présidentielle.

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Newsletters