Monde

La Slovaquie prête à accueillir des réfugiés syriens, mais chrétiens

Temps de lecture : 2 min

Le gouvernement slovaque a donné ses conditions pour accepter sur son territoire 200 personnes qui ont fui la Syrie.

Un réfugié clandestin arrêté en Slovaquie (REUTERS / David W Cerny)
Un réfugié clandestin arrêté en Slovaquie (REUTERS / David W Cerny)

Depuis plusieurs mois, la Commission européenne fait pression sur les pays d'Europe centrale et orientale pour qu'ils accueillent plus de réfugiés syriens. Le gouvernement slovaque a récemment expliqué au Wall Street Journal que 200 Syriens seraient reçus dans le pays, mais à une condition: tous devront être chrétiens, pas musulmans.

«En Slovaquie, il n'y a pas de mosquées, a expliqué un porte-parole du ministère de l'intérieur, c'est pourquoi nous voulons choisir seulement les chrétiens.»

Les officiels de Bruxelles avaient à l'origine proposé que mille cent migrants soient accueillis en Slovaquie, mais dans une interview avec un journal autrichien la semaine dernière, le premier ministre Robert Fico a répliqué que seulement 200 Syriens seraient acceptés car le pays n'est pas responsable de cette crise.

En janvier, le Washington Post rapporte qu'il avait déclaré:

«La Slovaquie est un pays chrétien, et nous ne pouvons tolérer l'afflux de 300 ou 400.000 migrants musulmans qui vont commencer à construire des mosquées partout et essayer de changer la nature, la culture et les valeurs de notre pays.»

En 2014, seulement quatorze ont obtenu l'asile

Pour l'instant les demandes d'asile dans les pays d'Europe centrale et orientale sont très limitées par rapport au reste de l'UE. Au cours des trois premiers mois de 2015, environ 83.175 personnes ont fait une demande d'asile en Allemagne. En Pologne, République tchèque, Slovaquie, Roumanie, Bulgarie et dans les trois Pays Baltes (ce qui représente une population à peu près égale à celle de l'Allemagne), le total était de 6.080, rapporte le Wall Street Journal. En 2014, la Slovaquie a accordé l'asile à seulement quatorze personnes.

De nombreuses personnes diraient "vous êtes racistes" ou "vous êtes xénophobes", mais nous sommes juste prudents

Ondrej Benesik, responsable du comité des affaires européennes au parlement de République tchèque

Plusieurs gouvernements de l'est et du centre de l'Europe expliquent qu'à l'inverse des pays de l'ouest et du nord, ils ne sont pas habitués à l'immigration extra-européenne et donc moins à même d'accueillir des musulmans.

Rejet massif par référendum

Ondrej Benesik, qui est responsable du comité des affaires européennes au parlement de République tchèque, avait notamment expliqué au Wall Street Journal:

«Depuis longtemps, la République tchèque est une société homogène, et nous ne sommes donc pas habitués à différentes races et différentes cultures. De nombreuses personnes diraient "vous êtes racistes" ou "vous êtes xénophobes"... mais nous sommes juste prudents.»

Ce genre de discours correspond à l'opinion publique de ces pays. Selon un sondage de juin, 70% des Tchèques pensent que le pays ne doit pas accueillir de réfugiés ou d'immigrants venant de Syrie ou d'Afrique du Nord.

En Slovaquie, un village près de Bratislava avait organisé un référendum pour déterminer s'il fallait autoriser de loger temporairement cinq cent demandeurs d'asile dans les environs, et 97% des habitants ont voté contre.

Newsletters

18.000$ d’amende: un KFC mène la police à une fête d’anniversaire en plein confinement

18.000$ d’amende: un KFC mène la police à une fête d’anniversaire en plein confinement

La scène s’est déroulée à Melbourne, en Australie, où une nouvelle flambée des cas de coronavirus a forcé le reconfinement de la ville.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Intempéries mortelles au Japon, réouverture du Musée du Louvre et évolution de la pandémie... La semaine du 4 juillet 2020 en images.

Le confinement a provoqué une explosion des mariages d'enfants en Inde

Le confinement a provoqué une explosion des mariages d'enfants en Inde

 «Le Covid-19 a fourni un terreau idéal pour que ce mal social prospère», commente une responsable de la protection sociale.

Newsletters