Santé

Prendre l’avion trop souvent est mauvais pour la santé

Temps de lecture : 2 min

Les plus grands voyageurs ont toujours été jalousés de tous. Mais même si leur Instagram fait rêver, ce mode de vie est relativement risqué.

Intérieur d'un petit avion de ligne | InSapphoWeTrust via Flickr CC License by
Intérieur d'un petit avion de ligne | InSapphoWeTrust via Flickr CC License by

Des chercheurs des universités de Surrey en Grande-Bretagne et Linnaeus en Suède viennent de publier une étude sur «le côté sombre de l’hyper mobilité». Les personnes qui parcourent plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par an subissent trois effets très mauvais pour la santé.

Le premier effet est physique, il est dû en partie au décalage horaire qui trouble l’organisme mais pas seulement. Faire plus de 135.000 km par an (sept allers-retours New York-Tokyo), c’est dépasser la limite d’exposition du corps humain aux radiations d’altitude, ce qui entraine un vieillissement accéléré et une augmentation des risques de maladies cardio-vasculaires.

Le renoncement à une vie sociale

Les deux autres effets sont psychologiques et émotionnels. L’instabilité liée au déplacement constant est source de stress –surtout pour des personnes qui travaillent généralement beaucoup– et d'un sentiment de solitude. Au niveau social, cela se traduit par une déstabilisation de la vie de famille et sociale qui a de lourdes conséquences psychologiques. La plupart des grands voyageurs –qui sont majoritairement des hommes– sont plus vulnérables aux troubles dépressifs et tout ce qu’ils entraînent.

Ce malaise personnel est généralement vécu par une petite minorité qui fait partie de l’élite sociale, et qui a donc accès à de meilleurs soins que le reste de la population. En France 5% de la population concentre 50% de la distance voyagée par toute la population.

On a le droit d’être jaloux des photos paradisiaques que ces «happy few» postent sur Instagram, mais leur situation n’est pas si attirante qu’elle n’y paraît.

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

Les praticiens qui ne savent pas écouter les souffrances de leurs patients les poussent vers des produits et services scientifiquement fumeux.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters