Culture

«Les eaux troubles du mojito»: générez votre titre de livre à la Philippe Delerm

Temps de lecture : 2 min

Et si «L'impensable pluie de la tequila» ou «L'éclatant souvenir de l'amaretto» étaient les best-sellers de la rentrée?

Philippe Delerm publie ce jeudi 20 août, aux éditions du Seuil, le livre Les eaux troubles du mojito, et autres belles raisons d'habiter sur terre, un recueil de courts textes annoncé par son auteur comme «solaire». Il y a dix-huit ans, le même écrivain avait réalisé un carton de librairie avec un livre au titre très similaire, La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, qui s'était vendu à plus d'un million et demi d'exemplaires.

Un nom, un adjectif, un alcool, créer un titre de livre à la Philippe Delerm, ce n'est pas si difficile avec notre générateur: par exemple, La doucereuse fessée du Spritz (cocktail très à la mode auquel le vrai Philippe Delerm consacre d'ailleurs un texte dans son nouveau recueil).

Si vous aimez les générateurs, en voici quelques-uns avec lesquels vous pouvez aussi jouer:

– notre générateur de titres de romans français à la Houellebecq.

– notre générateur de noms de motions du Parti socialiste.

– notre générateur de noms de partis politiques.

– notre générateur d'Ig Nobel, l'anti-prix Nobel.

– notre générateur de pseudonymes de Nicolas Sarkozy, alias Paul Bismuth.

Newsletters

Pourquoi on aime tant l'art de la caricature en France

Pourquoi on aime tant l'art de la caricature en France

Caricature et satire se sont développées grâce à l'existence d'un espace public démocratique. Retour sur la place et le rôle de la caricature en France, de la Révolution à Charlie Hebdo.

Par pitié, arrêtez de dire «les Anglo-Saxons»

Par pitié, arrêtez de dire «les Anglo-Saxons»

Nous utilisons ce terme quotidiennement et pourtant, ça ne veut pas dire ce que nous croyons. C'est comme si on nous appelait «les Belgo-Gaulois».

Imaginer le cinéma sans Hollywood

Imaginer le cinéma sans Hollywood

L'absence de blockbusters dans les salles pour cause de pandémie ouvre la possibilité d'envisager pour le cinéma des avenirs autres que l'écrasante domination économique et esthétique promue par l'industrie lourde, et consommée sans modération.

Newsletters