Économie

En réalité, le sexe ne fait pas vendre

Temps de lecture : 2 min

Et la violence non plus.

Campagne de publicité à Mumbaï. Arko Datta/Reuters
Campagne de publicité à Mumbaï. Arko Datta/Reuters

C’est une nouvelle à totalement contre-courant de l’air du temps que révèle Bloomberg Business. À contre-courant de tout ce que semble nous dire la publicité. Le sexe et la violence ne seraient au final pas des moyens stratégiques pour faire vendre à la télévision.

Le magazine publie la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’Ohio, à l’origine parue dans la revue académique Psychological Bulletin. Brad Bushman, un des auteurs, affirme:

«Ça n’aide jamais d’avoir du sexe et de la violence dans les pubs. Ça blesse plutôt ou ça n’a pas d’effet du tout.»

Association d’idées

L’étude montre aussi que les hommes ont tendance à être plus réceptifs que les femmes à l’utilisation de ces deux facteurs.

Pour terminer, on découvre qu’une publicité doit prêter attention à l’univers dans lequel elle est visible. Par glissement et association d’idée, elle est associée à la plateforme qui la montre. Gamespot rappelle qu’en 2008, Barack Obama vient draguer le vote gamer avec des tracts qui apparaissent sur des sites de jeu vidéo, mais ces publicités évitent les sites violents ou contenant du sexe. Une publicité intervenant dans un cadre insistant sur la famille et l’amitié serait plus efficace de 18%.

Slate.fr

Newsletters

Les ultra-riches sont prêts à payer 13.000 euros de plus pour mieux dormir en avion

Les ultra-riches sont prêts à payer 13.000 euros de plus pour mieux dormir en avion

Le sommeil, ça n'a pas de prix.

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

En déclarant vouloir «responsabiliser» les pauvres qui «déconnent», le président entend exercer son pouvoir sur les personnes en difficulté, à l'instar d'un patron au XIXe siècle.

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Il ne toucherait que la génération internet à l'exclusion des autres. Or, c'est bien parce que tout le monde est concerné que le burn-out mérite une réponse collective.

Newsletters