Partager cet article

Depuis cent ans, la technologie crée plus d'emplois qu'elle n'en supprime

Foire internationale de l'automatisation et de la mécanique à Munich, le 5 juin 2014. REUTERS/Michaela Rehle

Foire internationale de l'automatisation et de la mécanique à Munich, le 5 juin 2014. REUTERS/Michaela Rehle

Une étude sur la relation entre technologie et emplois en Angleterre et dans le pays de Galles depuis 1871 montre que la technologie supprime bien des emplois mais qu'elle en crée d’autres ailleurs.

Les robots vont-ils nous voler nos emplois? Pour certains chercheurs, «l'emploi et le travail sont voués à disparaître»

S'il est difficile d'affirmer ce qu'il en sera pour les cents prochaines années, il est cependant possible de regarder ce qui s'est produit par le passé. Et, selon une étude conduite par des économistes de la société de conseil Deloitte –repérée par le Guardian et Reader– qui s'est intéressée à la relation entre technologie et emplois en Angleterre et dans le pays de Galles depuis 1871, «la technologie a créé plus d'emplois qu'elle n'en a détruit selon 140 ans de données»:

«Plutôt que de détruire des emplois, la technologie a été une “immense machine de création d'emplois”. Les découvertes de Deloitte telles une multiplication par quatre des employés travaillant dans des bars depuis les années 1950 et une forte poussée du nombre de coiffeurs lors de ce siècle suggèrent aux auteurs que la technologie a augmenté le pouvoir d'achat, ce qui amène à la création de nouvelles demandes et de nouveaux emplois.»

The Independent –qui a publié un article à partir du même rapport– indique ainsi que «le rapport reconnaît que des emplois dans certaines branches ont décliné avec l'expansion de la technologie, mais affirme que le “stock de travail n'est pas fixé”, ce qui signifie que, quand certaines professions diminuent, d'autres viennent souvent prendre leur place».

Productivité

Le Guardian souligne ainsi que les emplois difficile, dangereux et ennuyeux ont diminué tandis que ceux dans le domaine du soin, de l'éducation et des services ont augmenté.

Le quotidien britannique souligne également que la technologie a permis à des professions dans des secteurs à haute intensité cognitive (comme la médecine et l'éducation) d’augmenter à la fois la productivité et le nombre d’emplois.

En revanche, on ne sait pas encore quels sont les emplois qui seront inquiétés pour les années à venir, précise The Independent:

«Avec la technologie et les robots qui deviennent plus intelligents jour après jour, on ne sait pas encore quelle profession actuelle finira dans les décennies à venir comme les ouvriers agricoles ou les blanchisseurs.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte