Partager cet article

Quel regard portons-nous sur nos vies en atteignant 30, 40, 50 ans?

Les 75 ans de Hugh Hefner, le fondateur de Playboy. Reuters

Les 75 ans de Hugh Hefner, le fondateur de Playboy. Reuters

Aux âges «ronds», nous nous évaluons davantage en fonction de critères de santé objectifs et représentatifs de notre âge. Pour mieux tout oublier l'année suivante.

C'est bien connu, les âges «ronds» sont souvent l'occasion de faire un bilan, un momment d'introspection, sinon de déprime diront les plus cyniques. Mais quel effet au juste a cette mise au point sur notre vie? 

Des psychologues ont répondu à cette question dans la revue scientifique en ligne PLOS ONE. Après une étude menée sur 810 femmes américaines, ils ont conclu que chaque âge «rond» était un moment où l'on s'évaluait davantage d'après des critères objectifs de santé que de satisfaction immédiate. Talya Miron-Shatz, la psychologue à la tête de l'étude explique:

«À 39 ans, vous allez à une soirée ou vous sortez boire une bière. Tandis qu'à 40, vous vous posez plutôt des questions sur votre santé et sur où vous en êtes dans la vie.»

Jugement global vs émotions quotidiennes

Autrement dit, les âges «ronds» seraient des caps où l'on aurait tendance à avoir un jugement très global sur sa vie, établissant des comparaisons de soi-même par rapport à des critères de santé préétablis, comme l'IMC (Indice de masse corporelle) par exemple. 

Il s'agirait d'une période où l'on se fierait moins à ses émotions quotidiennes, mais plus à des répères à la fois d'accomplissement personnels et de bien-être. Toutefois, cette étude est qualifiée de «préliminaire» et n'est pas applicable à tout le monde, comme le rapporte le magazine Science. Elle a notamment été réalisé qu'à partir du ressenti de femmes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte