Partager cet article

Les prochains chiffres du chômage seront commentés par un ministre démissionnaire

Sticky Notes / Flazingo Photos via Flickr CC License by.

Sticky Notes / Flazingo Photos via Flickr CC License by.

Nous risquons d’assister au spectacle quelque peu surréaliste d'un ministre démissionnaire depuis une semaine en train de commenter l'un des principaux indicateurs de la vie économique.

Et si les prochains chiffres du chômage étaient commentés par un ministre du Travail démissionnaire? C'est le scénario qui apparaît le plus probable au vu des hypothèses de calendrier avancées par la presse pour le mini-remaniement qui doit pourvoir au remplacement du ministre du Travail François Rebsamen au gouvernement.

Selon Libération, «tant que sa démission n’est pas formellement acceptée par le président de la République et que son successeur n’est pas nommé, le maire de Dijon continuera à expédier les affaires courantes à son ministère. D’ailleurs, le ministre a prévu d’être sur le pont (télés, radios…) la semaine prochaine pour l’annonce mensuelle des chiffres du chômage». Les chiffres du chômage pour le mois de juillet doivent être publiés le mercredi 26 août à 18 heures. On va donc assister au spectacle quelque peu surréaliste d'un ministre démissionnaire depuis une semaine en train de commenter l'un des principaux indicateurs de la vie économique.

Scénario risqué

Le Parisien estime également que celui qui est redevenu maire de Dijon «pourrait [...] rester en poste une quinzaine de jours encore». Dimanche 16 août, le JDD parlait plus simplement d'«encore quelques jours». Officiellement, l'Élysée a promis, selon Libération et Le Figaro, que ce remplacement s'effectuerait dans un bref délai.

Pas sûr en tout cas que cette situation améliore l'image de la communication du gouvernement sur le chômage, déjà régulièrement raillée pour son optimisme forcené et son usage immodéré de la langue de bois. Libération parle d'ailleurs d'un «scénario [...] risqué pour l’exécutif: comment laisser dix jours à son poste un ministre démissionnaire quand tout le monde sait depuis plus d’un mois qu’il va falloir le remplacer à la rentrée»?

Pourtant, ce remplacement, pour lequel sont notamment cités les noms du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, du secrétaire d'État aux Transports Alain Vidalies, du chef de file des députés PS Bruno Le Roux ou encore du député des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain, n'est pas si compliqué à effectuer: il suffit de se reporter à notre fiche de poste.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte