Partager cet article

Le méridien de Greenwich n'est pas situé au bon endroit

Le méridien de Greenwich | Randi Hausken via Flickr CC License by

Le méridien de Greenwich | Randi Hausken via Flickr CC License by

Le «méridien origine» se situe en réalité environ 102 mètres plus à l'est.

Le méridien de Greenwich, ligne imaginaire qui traverse le globe du nord au sud sur 20.000 kilomètres, sert de référence internationale aux 179 autres méridiens et fixe le point de départ des fuseaux horaires du monde entier. Il passe par Greenwich, dans la banlieue de Londres, mais aussi par Villers-sur-Mer, en France, par l'Espagne, l'Algérie, le Mali, le Togo... Et il s'avère qu'il n'est, finalement, pas exactement tracé au bon endroit.

N'importe quelle personne qui utilise un GPS peut le vérifier, affirme le Telegraph. La ligne tracée à Greenwich –où des dizaines de touristes se photographient tous les ans, avec un pied dans l'hémisphère est et l'autre à l'ouest– n'est pas au degré zéro de longitude: celui-ci se situe environ 102 mètres plus à l'est, «non loin d'une poubelle et coupant sans ménagement un sentier».

Calcul satellite

La raison est simple. Le premier méridien a été tracé en 1884 grâce à une lunette méridienne construite par George Biddell Airy, astronome anglais. Ce télescope repérait le mouvement des étoiles, afin de pouvoir déterminer l'heure et la longitude. Un bassin de mercure –dont la surface est parallèle à celle de ma Terre– était utilisé en référence afin que le télescope soit posé exactement à la verticale, pour ne pas fausser les calculs. Mais les astronomes n'ont pas tenu compte de l'arrondi de la Terre. Résultat: une centaine d'années plus tard, les calculs des satellites ont légèrement corrigé le tir.

Les astronomes n’ont pas tenu compte de l’arrondi de la Terre

Si le premier méridien est situé à Greenwich, c'est parce que, «pendant des centaines d'année, l'observatoire a collecté les meilleures données de navigation disponibles en utilisant la meilleure technologie du moment», rappelle le Drdocteur Marek Kukula, de l'observatoire royal de Greenwich, cité par The Independant. Il a été désigné «premier méridien» arbitrairement, lors d'une conférence internationale en 1884.

Cette petite approximation d'une centaine de mètres de parcours n'obligera pas le monde entier à réajuster sa montre, rassure le docteur Kukula:

«Ce qu'il y a de bien avec les méridiens, c'est qu'ils n'ont pas vraiment d'importance. Du moment que tout le monde utilise les mêmes.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte