Partager cet article

Les États-Unis doivent-ils s’attendre à une pénurie de rosé à la rentrée?

Le rosé, la boisson d’été par excellence | Arthur Caranta via Flickr CC License by

Le rosé, la boisson d’été par excellence | Arthur Caranta via Flickr CC License by

Attention, selon le New York Post, en septembre, il ne sera plus possible de se procurer du vin rosé outre-Atlantique.

Le 27 août 2014, le New York Post publiait un article terrifiant pour l’élite américaine: dans les Hamptons, soit leur zone de villégiature estivale (là où se déroule le roman Gatsby le Magnifique, de Francis Scott Fitzgerald), avait lieu une pénurie de rosé. Rebelote cette année: dans un article publié le 12 août, le New York Post prévient qu’il va falloir s’attendre à une nouvelle disette de ce vin estival, un peu plus tardive que l’année précédente, début septembre.

Cette fois, c’est Paul Chevalier, du Château d’Esclans (qui produit un côtes-de-Provence), qui a colporté la mauvaise nouvelle:

«Mes derniers containers pour le marché américain arriveront la semaine prochaine et ce sera tout.»

Résultat: impossible de se procurer son rosé le mieux vendu outre-Atlantique après le Labor Day (soit le 7 septembre).

Popularité croissante

Dans Vogue, Babe Walker, qui est derrière le White Girl Rosé (très populaire sur Instagram), analyse avec humour et exagération les éventuelles conséquences de cette nouvelle apocalyptique:

«Honnêtement, l’été dernier était un véritable cauchemar. Dans les Hamptons, des gens hurlant sortaient dans les rues, […] cherchant du rosé partout. Ce n’était pas très chic.»

La nouvelle n’est pas si étonnante. En mai, déjà, Observer.com avait interviewé Roman Roth, du domaine viticole Wölffer Estate, qui signalait qu’il fallait s’attendre à une nouvelle pénurie estivale de rosé, la demande étant encore plus importante qu’il ne se l’imaginait.

De son côté, le site Gothamist a voulu savoir ce qui pouvait expliquer cette disette annuelle et s’est tourné pour cela vers un spécialiste du Village Wine Import. La raison est simple: le rosé étant une boisson avant tout consommée en été, les compagnies cessent d’en importer assez tôt (auparavant en juin-juillet, désormais autour du Labour Day, en raison de la popularité croissante de ce vin), «pour ne pas avoir de stocks en hiver». Logique. Et, le meilleur pour la fin, les stocks permettraient en fait de tenir jusqu’à Halloween (31 octobre) voire Thanksgiving (26 novembre). Voilà de quoi rassurer les consommateurs américains de vins français.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte