Tech & internet / Monde

Une jeune Malaisienne parle sur Twitter à son père disparu sur le vol MH370

Temps de lecture : 2 min

La découverte d’un morceau de l’avion a déclenché chez elle des sentiments très contradictoires.

Capture d'écran du compte Instagram @mairaelizabethnari
Capture d'écran du compte Instagram @mairaelizabethnari

Début août, c’est sur Twitter que Maira Elizabeth Nari apprend que le débris d’avion retrouvé à la Réunion le 29 juillet 2015 appartient bien au Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Elle l’explique très clairement, cette nouvelle déclenche chez elle des sentiments «contradictoires».

Son père était steward à bord du vol MH370 disparu le 8 mars 2014 et elle sait maintenant qu’il y a très peu de chances qu’il ait «échoué quelque part».

Twitter comme «un journal intime»

La jeune femme en question est une lycéenne malaisienne de 19 ans très active sur Twitter et Instagram. Depuis le crash, Maira Elizabeth Nari avoue se servir du réseau microblogging «comme d’un journal». Elle compte aujourd’hui plus de 92.000 followers et s’est popularisée par la narration de son deuil un peu «fantôme» depuis plus d’un an.

Entre moult selfies, elle postait sur Instagram en novembre 2015 une description détaillée d’un rêve fait où son père la visitait:

«Soudainement, je sentais que je devais lever la tête et je te voyais debout en haut des escaliers me regardant avec ton sourire… ton sourire jusqu’aux oreilles. Tu disais “Je suis rentré.”.»

Slate.fr

Newsletters

Contre la haine en ligne, des internautes s'organisent

Contre la haine en ligne, des internautes s'organisent

Prendre le temps de répondre aux commentaires qui pourrissent le web pour tenter de le pacifier.

La Chine humilie ses citoyens endettés via les réseaux sociaux

La Chine humilie ses citoyens endettés via les réseaux sociaux

WeChat et Tiktok sont deux applications et réseaux sociaux très populaires dans le pays.

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

C’était une Garmin Forerunner.

Newsletters