Partager cet article

La transgenre Chelsea Manning, punie pour la possession du Vanity Fair sur Caitlyn Jenner

Affiche demandant la libération de Chelsea Manning à la Gay Pride de San Francisco en 2014 | torbakhopper via Flickr CC License by

Affiche demandant la libération de Chelsea Manning à la Gay Pride de San Francisco en 2014 | torbakhopper via Flickr CC License by

Condamnée à trente-cinq ans de prison pour ses révélations sur la guerre en Irak, Chelsea Manning risque l’isolement cellulaire pour une période indéfinie pour possession de publications transgenres et d’un dentifrice périmé.

C’est l’une des figures transgenres les plus célèbres des États-Unis. Chelsea Manning, anciennement Bradley Manning, risque l’isolement cellulaire pour une période indéterminée dans le centre de haute sécurité de Forth Leavenworth, au Kansas.

Elle aurait violé quatre règles de détention, selon le document exposant les charges, communiqué à Vanity Fair par Christiana Dipasquale. Elle est accusée de s’être «conduite de manière méprisante», d'avoir troublé l’ordre public en «jetant de la nourriture par terre» ou encore de s'être livrée à un «usage indécent de médicaments» pour avoir gardé un dentifrice périmé depuis avril.

Le quatrième chef d’accusation est de loin le plus troublant. Il suggère que tous sont destinés à punir son activisme transgenre. Chelsea Manning est accusée de possession «de livres et de magazines interdits», notamment la une de Vanity Faire sur Caitlyn Janner ainsi que d’autres publications relatives à la question transgenre.

Condamnée à l'isolement?

Le document en question indique que la sanction maximale serait «l’isolement cellulaire pour une durée indéterminée». L’armée, qui gère la détention de Chelsea Manning, n’a pas encore confirmé publiquement les faits.

Les séquelles psychologiques induites par l'isolement sont souvent comparées à une forme de torture

Incarcérée pour avoir dévoilé 700 documents classés confidentiels sur la guerre en Irak via Wikileaks alors qu’elle était analyste à Bagdad, Chelsea Manning a changé de sexe en 2012 et elle est devenue une figure de l’activisme transgenre depuis qu’elle est en prison.

Un coup porté au mouvement transgenre

Selon son avocat Chase Strangio, l’ampleur de la sanction proposée pour des transgressions mineures pourrait créer des remous aux États-Unis, notamment dans la communauté transgenre, qui la soutient activement. L’isolement cellulaire est une pratique controversée aux États-Unis, et les séquelles psychologiques induites sont souvent comparées à une forme de torture.

L’avocat n’hésite pas à comparer cette décision de l’armée américaine comme une manière de faire taire un mouvement qu’elle n’approuve pas. Cependant, comme le montre The Atlantic, il est fort peu probable que l’isolement cellulaire soit décidé vu la faible gravité des actes qui lui sont reprochés. D’autant plus que l’événement a fait couler beaucoup d'encre aux États-Unis, et que les soutiens de Manning ne manqueront pas de manifester si la justice fait le choix de l’isoler.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte