Partager cet article

Le yuan est dévalué, les dirigeants chinois risquent de l’être aussi

Des billets de yuans. Via Pixabay, image Domaine public.

Des billets de yuans. Via Pixabay, image Domaine public.

Les dévaluations successives du yuan soulignent une fois de plus les difficultés du pouvoir en place à gérer l'économie.

Après l'écriture de cet article, originellement publié sur Slate.com, le yuan a une nouvelle fois été dévalué, et ce, pour le troisième jour consécutif, avec une baisse de 1% du taux de référence.

La nouvelle croyance de la Chine dans le marché libre n’a pas duré très longtemps. Mardi 11 août, la République populaire a indiqué qu’elle allait autoriser les marchés à jouer un plus grand rôle dans le taux de change du pays. Mercredi 12, le pays a apparemment complètement changé d’avis, soulevant des questions sur Pékin et sa gestion de l’économie et ces temps aussi incertains.

Les tumultueuses quarante-huit heures, qui pourraient signifier un autre coup porté au leadership des dirigeants du Parti communiste après un été de tourmente économique, ont commencé le 11 août quand la Chine a dévalué sa monnaie, le yuan, de 1,9%, soit la plus grosse chute en un jour depuis vingt ans.

Vente de dollars

Historiquement, la Chine a maintenu un contrôle strict sur les taux de change, des officiels déterminent le taux chaque matin, et il ne peut varier que de 2% maximum par jour. Mais, avec la nouvelle politique annoncée le 11 août, la banque centrale chinoise a dit qu’elle alignerait mieux le taux sur les échanges sur les marchés internationaux.

Cela ressemblait à un gagnant-gagnant: les fabricants chinois bénéficieraient d’un yuan moins cher au moment où les exportations du pays sont en baisse, et cela permettrait d’apaiser les gouvernements étrangers et institutions internationales qui ont longtemps accusé la Chine de manipulation de monnaie. Ce choix pouvait aussi renforcer les objectifs de Pékin dans l’établissement du yuan comme une monnaie de réserve mondiale, ce qui a été bien accueilli par le FMI. La réaction du gouvernement américain était plus réservée –après tout, il s’est longtemps plaint des manipulations chinoises de la monnaie qui était trop basse, une manœuvre qui permettait de booster les échanges de la Chine et de mettre à mal l’industrie américaine.

Mercredi 12 au matin, cependant, le nouveau yuan aligné sur le marché avait baissé de 1,6% supplémentaire, levant des doutes sur la santé globale de l’économie chinoise dans les marchés mondiaux. Dans les marchés offshore, où la monnaie chinoise est utilisée librement, le yuan a chuté tout au long de la journée. Dans les échanges onshore, la chute approchait le seuil des 2%. Puis, alors qu’il restait quinze minutes avant la clôture de la bourse chinoise, la Banque centrale a décidé qu’il y en avait assez. Les banques de l’État ont donc reçu pour instructions de vendre des dollars, pour renverser la tendance et faire remonter le yuan de près de 1%.

Il apparaît certain que les marchés n’était pas convaincus par les assurances fournies par la Banque centrale sur les taux de change, qui restaient «fondamentalement stables», ce qui semble avoir poussé les autorités à intervenir pour les soutenir, ce qui était en contradiction directe avec les intentions de la veille.

Effondrement du «rêve chinois»

Les jours quelque peu sauvages sur le marché monétaire ont aggravé les dommages déjà causés par la chute du marché boursier en juillet et la remise en cause du président Xi Jinping et du Parti communiste en tant que gestionnaires compétents pour gérer l’économie du pays. Xi a amassé un contrôle politique jamais vu et a éliminé ses rivaux potentiels avec des mesures contre la corruption et la dissidence politique. Cela pourrait convenir aux citoyens chinois tant que le gouvernement continue de fournir une croissance économique forte, mais cela fonctionne moins quand le gouvernement semble incompétent pour gérer l’économie. Le «rêve chinois» promis par Xi aux citoyens ne concerne pas que la grandeur nationale: il concerne aussi la richesse personnelle.

Dans les mois de croissance qui ont mené à l’effondrement du marché boursier, les médias contrôlés par l’État ont encouragé les citoyens chinois de la classe moyenne à investir dans le marché. Un magazine a même promis un «âge d’or de trente ans». En fin de compte, les fortunes de près de 80 millions d’investisseurs se sont évaporées en quelques jours à peine, avant que le gouvernement ne prenne des mesures drastiques pour stopper le carnage.

Une menace encore plus grande pour la croissance du pays concerne la chute des exportations, causée à la fois par une demande étrangère en baisse, une compétition en hausse de la part de pays asiatiques où la main-d’œuvre est moins chère, et la force passée du yuan.

Les exportations par bateau ont baissé de 8,3% comparé aux chiffres de l’année dernière, un signal d’alarme qui a probablement provoqué les mouvements monétaires de cette semaine. Mais, comme Ali Griswold l’a souligné sur Slate.com, alors que les exportateurs pouvaient bénéficier d’un yuan plus faible, il s’agirait d’une mauvaise nouvelle pour les compagnies chinoises qui doivent payer les intérêts sur leurs dettes en monnaies étrangères. Cela pourrait être une mauvaise nouvelle pour les entreprises de petites et moyenne taille, pourtant cruciales dans la croissance de la Chine, et qui ont déjà pris un coup cet été après la chute du marché.

Les décideurs chinois ont eu l’air beaucoup plus affolé et incertain qu’à l’habitude. Si davantage d’entreprises commencent à faire faillite, cela pourrait générer des protestations publiques, mais, comme l’a rappelé le journaliste Adam Minter, le parti est devenu assez bon quand il s’agit de gérer les manifestations publiques concernant des problèmes de portefeuilles.

Le contrecoup pourrait être encore plus significatif pour les plus hauts dirigeants du Parti. Le Premier ministre Li Keqiang, qui a été plus investi dans les problèmes économiques que Xi, pourrait être forcé de prendre les coups à la place de son patron. Mais étant donné le nombre d’ennemis que s’est faits Xi dans sa purge anti-corruption, les gens puissants à la recherche de signes de faiblesses de la part de l’homme au pouvoir ne manquent pas. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte