Tech & internet

Un homme arrêté aux États-Unis pour avoir liké des photos Facebook de son ex

Temps de lecture : 2 min

Liker des photos sur Facebook peut consister en une infraction.

Photo d'un like Facebook | Thomas Angermann via Flickr CC License by
Photo d'un like Facebook | Thomas Angermann via Flickr CC License by

Le like Facebook peut être une pratique passible d’une sanction judiciaire. Mardi 11 août, Justin Bellanco, 26 ans, est arrêté à Pittston, en Pennsylvanie, aux États-Unis. Son crime? Vingt-deux likes sur des photos et vidéos du profil de son ex-petite amie.

Accusé de harcèlement et de menaces à l’encontre de son ex et de ses amies à elle le 28 juillet 2015, Bellanco s’était vu attribuer une ordonnance restrictive le 4 août, qui l’obligeait à cesser de nuire à Holland, son ex-petite amie, et de rester à distance d’elle.

Ce genre d’ordonnance interdit tout contact quel qu’il soit entre les deux parties. Le like Facebook devient donc une infraction, que la jeune Holland s’est empressée de rapporter aux autorités locales. Le jeune homme a été arrêté près de la mairie de Pittston, proche du domicile de son ex-petite amie. Quand la police lui a demandé ce qu’il faisait là, il a déclaré qu’il sortait juste de chez lui alors qu’il vit à plusieurs kilomètres.

Le jeune homme a finalement été relâché contre 5.000 dollars de caution: ça fait cher le like.

Newsletters

 Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Facebook et la «harga», les réseaux sociaux alimentent le rêve européen des migrants

Influencés par les récits et photos idylliques de connaissances installées en Europe, des milliers de jeunes Maghrébins prennent chaque année le risque de l'émigration, parfois au péril de leur vie.

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Pinterest bloque les recherches liées au coronavirus

Si le Covid-19 vous angoisse, il est peut-être temps de vous créer un compte.

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

Comment Pokémon Go s'adapte au coronavirus

La société éditrice du jeu vient d'annoncer qu'elle allait modifier temporairement certaines règles afin de limiter au maximum les déplacements de ses utilisateurs et utilisatrices.

Newsletters