Tech & internet

Un homme arrêté aux États-Unis pour avoir liké des photos Facebook de son ex

Temps de lecture : 2 min

Liker des photos sur Facebook peut consister en une infraction.

Photo d'un like Facebook | Thomas Angermann via Flickr CC License by
Photo d'un like Facebook | Thomas Angermann via Flickr CC License by

Le like Facebook peut être une pratique passible d’une sanction judiciaire. Mardi 11 août, Justin Bellanco, 26 ans, est arrêté à Pittston, en Pennsylvanie, aux États-Unis. Son crime? Vingt-deux likes sur des photos et vidéos du profil de son ex-petite amie.

Accusé de harcèlement et de menaces à l’encontre de son ex et de ses amies à elle le 28 juillet 2015, Bellanco s’était vu attribuer une ordonnance restrictive le 4 août, qui l’obligeait à cesser de nuire à Holland, son ex-petite amie, et de rester à distance d’elle.

Ce genre d’ordonnance interdit tout contact quel qu’il soit entre les deux parties. Le like Facebook devient donc une infraction, que la jeune Holland s’est empressée de rapporter aux autorités locales. Le jeune homme a été arrêté près de la mairie de Pittston, proche du domicile de son ex-petite amie. Quand la police lui a demandé ce qu’il faisait là, il a déclaré qu’il sortait juste de chez lui alors qu’il vit à plusieurs kilomètres.

Le jeune homme a finalement été relâché contre 5.000 dollars de caution: ça fait cher le like.

Newsletters

Bienvenue sur Hundub, le Facebook hongrois complotiste

Bienvenue sur Hundub, le Facebook hongrois complotiste

Conçue comme une alternative au géant américain, cette nouvelle plateforme aux 40.000 utilisateurs, dont le Premier ministre Viktor Orbán, prône une liberté d'expression quasi illimitée.

Les plateformes de streaming vous disent-elles quoi écouter?

Les plateformes de streaming vous disent-elles quoi écouter?

Leurs équipes éditoriales, leurs capacités d'adaptation et leur positionnement sur le marché guident non seulement leurs stratégies, mais également nos pratiques d'écoutes.

Bannir Trump pour réduire les discours de haine sur les réseaux sociaux

Bannir Trump pour réduire les discours de haine sur les réseaux sociaux

Twitter a lâché Trump, et le débat public ne s'en portera que mieux.

Newsletters