Partager cet article

Pourquoi Uggie le chien, star de «The Artist», n'a jamais reçu d'Oscar

Le chien Uggie, vedette dans le film «The Artist», est photographié après avoir laissé ses empreintes de pattes dans le ciment à Hollywood, le 25 juin 2012| Reuters/Mario Anzuoni

Le chien Uggie, vedette dans le film «The Artist», est photographié après avoir laissé ses empreintes de pattes dans le ciment à Hollywood, le 25 juin 2012| Reuters/Mario Anzuoni

Sa performance dans «The Artist» éclipsait pourtant celle de Jean Dujardin.

Le 7 août 2015, à Los Angeles, une star hollywoodienne s'est éteinte sans jamais avoir décroché un Oscar: Uggie a été euthanasié à l'âge de 13 ans à la suite d'un cancer de la prostate.

Le petit Jack Russell avait pourtant une longue carrière derrière lui. À ses débuts, à partir de 2006, il multiplie les petits rôles dans des publicités et des petits films. Sa détermination finit par payer: en 2011, il est choisi pour interpréter Queenie aux côtés de Robert Pattinson dans le drame romantique De l'eau pour les éléphants. La consécration arrive peu après: il crève l'écran dans The Artist, film muet de Michel Hazanavicius, où il joue le meilleur ami de George Valentin, interprété par Jean Dujardin.

Le canidé aurait bien mérité son prix: il avait deux doublures sur le tournage, mais Uggie a finalement réalisé la majorité de ses cascades. Lorsqu'il entre en scène, il éclipse tout le monde, jugeront certains critiques. Il est bientôt devenu le chouchou des médias et a assuré la promotion du film sur de nombreux plateaux télés, dont la célèbre émission américaine d'Ellen DeGenere

Pour les Oscars 2012, il a foulé le tapis rouge aux côtés du reste de l'équipe et même le réalisateur a eu un mot pour lui lors de la cérémonie:

 

Inéligible

The Artist est finalement entré dans la légende en empochant cinq Oscars. Et Uggie? Uggie, rien du tout.

Ce n'est pas faute d'avoir eu une campagne sur Facebook en novembre 2011 pour réclamer sa nomination, relayée par de nombreux médias. Il a même ouvert son compte Twitter officiel, suivi par plus 8.000 personnes.

S.T. VanAirsdale, éditeur à MovieLine et à l'initiative de cette campagne, exigeait que cesse cette «tendance discriminatoire»

«Uggie habite son personnage et exprime des émotions de manière aussi forte que ses partenaires-stars humains, surpassant haut la main Leonardo Dicaprio dans J. Edgar

Sa motivation unique en tant qu'acteur était les saucisses: Uggie n'est pas qualifié pour concourir

La British Academy of Film and Television Arts

Contactée par un certain nombre de supporters du petit chien, la Bafta (British Academy of Film and Television Arts, équivalent brittanique des Oscars) a annoncé que Uggie resterait inéligible:

«Malheureusement, nous devons vous aviser que, comme il n'est pas un être humain et que sa motivation unique en tant qu'acteur était les saucisses, Uggie n'est pas qualifié pour concourir.»

Le précédent de Rintintin

Quant aux Oscars, un précédent retentissant empêche de remettre la statuette à un chien: le cas de Rintintin. En 1929, le berger allemand était une des stars les plus connues du cinéma muet hollywoodien. Être un chien ne l'empêchait pas de gagner plus de 1.000 dollars par semaine, grâce au contrat qui le liait à la Warner Bros. Il a joué dans une série d'une trentaine de westerns, un beau challenge pour un acteur canin décédé à l'âge de 15 ans.

Alors, quand l'Academy Awards a lancé la toute première édition des Oscars, en 1929, c'est tout naturellement que la star à quatre pattes a récolté le plus de votes en tant que meilleur acteur, comme on peut le lire dans Rin Tin Tin: The Life and the Legend. Craignant un précédent fâcheux (et quelle réputation aurait un festival qui remettrait son premier prix à un chien?), l'Académie a dû spécifier que seuls les humains pouvaient se qualifier. C'est l'acteur Emil Jannings qui remporta le prix à sa place. 

Uggie a tout de même réussi à faire entrer son nom au Panthéon des chiens-stars: il a remporté la Palm Dog au festival de Cannes 2011 et a aussi reçu une mention spéciale au Prix Lumière en France. Sans oublier sa trace de patte, sur le Walk of Fame de Hollywood.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte