Partager cet article

L’indignation morale à propos du dopage dans le sport est exagérée

Un coureur sur la ligne de départ aux Championnats de France d'athlétisme en 2013 | UGSEL Nationale via Flickr CC License by

Un coureur sur la ligne de départ aux Championnats de France d'athlétisme en 2013 | UGSEL Nationale via Flickr CC License by

À bien regarder les inégalités économiques entre les athlètes et les risques engrangés par certaines pratiques acceptées, il est ridicule de condamner toute forme de dopage.

Après les récentes unes sur certains dopages cachés par l’IAAF et à un an des Jeux olympiques de Rio, Clive Cookson dénonce dans une tribune du Financial Times l’indignation morale contre le dopage d’être hypocrite et déplacée. Selon lui:

«Depuis que les gens ont commencent à faire de la compétition pour l’honneur et la gloire athlétique, ils ont voulu améliorer leur vitesse, leur force et leur précision de toutes les manières possibles.»

Certes l’argent, les médias et le progrès scientifique ont rendus cette réalité plus visible, mais pour Cookson, le débat avancera lorsque l’on reconnaitra que l’amélioration des capacités humaines fait partie de la compétition athlétique. Les responsables du sport devraient davantage s’intéresser à uniformiser les équipements utilisés par les athlètes pour éviter toute inégalité de performance. Cette stratégie est d’ailleurs bien plus simple que la lutte contre le dopage.

Même sans dopage, la compétition est souvent totalement inégale. Les sportifs les plus riches peuvent suivre des régimes alimentaires spécifiques, où s’entrainer en haute altitude pour booster leurs performances

Des arguments anti-dopage à nuancer

Deux arguments sont mis en avant pour lutter contre le dopage. Le premier étant d’empêcher les athlètes de nuire à leur santé. Mais c'est surtout valide pour les plus jeunes incités au dopage par leurs entraîneurs sans scrupules. La plupart des sports de haut-niveau impliquent de prendre de grands risques et nuisent à la santé à long terme qu’on se dope ou non.

Le deuxième argument, plus complexe, en appelle à la noblesse du sport pervertie par un dopage qui truque le spectacle. Sauf que même sans dopage, la compétition est souvent totalement inégale. Les sportifs les plus riches peuvent suivre des régimes alimentaires spécifiques, où s’entrainer en haute altitude pour booster leurs performances –ce qui offre d’ailleurs les mêmes résultats que le dopage sanguin.

De nombreux progrès permis par la science

À présent, la science offre de nouvelles opportunités, du génie génétique aux implants bioniques. Les athlètes profiteront toujours de ces progrès scientifiques selon Clive Cookson qui préfère apparemment le sport au risque de voir nos sportifs transformés en robots:

«Profitons de cette année sportive et des Jeux olympiques sans être distraits par l’indignation morale à propos de la triche. J’attends avec impatience les concours palpitants entre les meilleurs athlètes naturels, qui se seront améliorés grâce à leur entraînement, et grâce à la science.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte