Partager cet article

Reprise partout dans les médias, l'histoire de l'homme qui a laissé sa fille se noyer à Dubaï date de... 1996

Sur une plage de Dubaï, en février 2014. REUTERS/Saleh Salem.

Sur une plage de Dubaï, en février 2014. REUTERS/Saleh Salem.

Le 9 août, le site Emirates 24/7 a publié un article avec un titre très fort: «Un père laisse sa fille se noyer plutôt que de la laisser être touchée par des sauveteurs.» L'Agence France Presse a rapidement repris l'information, qui s'est retrouvée un peu partout dans la presse internationale.

«La police de Dubaï a arrêté un homme d'origine asiatique qui a empêché des secours d'aider sa fille en train de se noyer en affirmant que cela la "déshonorerait"», pouvait-on lire dans la dépêche.

Mais l'article d'Emirates 24/7, la source de tous les autres papiers sur le sujet, est très ambigu quant à la chronologie de l'incident. Aucune date –ni jour, ni mois, ni année– n'est mentionnée, et certaines citations du chef de police laissent penser que la noyade n'est pas si récente que ça. «C'est un des incidents que je n'arrive pas à oublier» disait le lieutenant colonel Ahmed Burqibah. On apprend aussi que «plus tard», le père a été arrêté par la police. 

Le blog Media Monkey du Guardian a senti que quelque chose clochait et après quelques vérifications, il s'avère en effet que l'accident date de 1996. L'article d'Emirates 24/7 était basé sur une série d'interviews dans lesquelles des maîtres nageurs racontaient leurs souvenirs les plus intéressants, mais la journaliste a voulu augmenter le potentiel de son article en cachant que l'incident avait eu lieu il y a près de vingt ans. 

Il n'est pas rare que des médias recyclent des infos pas toutes fraîches, surtout en plein mois d'août, mais faire passer un incident de 1996 pour une «nouvelle» est assez audacieux. Une fois qu'on connaît la vérité, il est d'ailleurs assez amusant de relire le papier source pour voir comment la journaliste essaye de donner l'impression que la noyade est toute récente (le titre est au présent), tout en ne mentant jamais ouvertement. Sa stratégie est d'omettre toute mention du temps, ce qui donne des phrases comme:

«Le Lt. Col Ahmed Burqibah, directeur adjoint de la division des recherches et sauvetages de la police de Dubaï, a dit que cet incident avait eu lieu sur une plage à Dubaï.»

Le 11 août, la dépêche de l'AFP a été complétée avec la précision suivante:  

«L'incident, qui a été raconté dans un article des médias locaux où des sauveteurs étaient interrogés sur leurs souvenirs marquants, a probablement eu lieu en 1996.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte