Partager cet article

Vingt ans plus tard, on a rejoué le match Blur-Oasis

Extrait de la une du NME du 12 août 1995, qui titrait sur la guerre Blur-Oasis.

Extrait de la une du NME du 12 août 1995, qui titrait sur la guerre Blur-Oasis.

Le 14 août 1995, les singles «Country House» et «Roll With It» s’affrontaient pour le sommet des charts. Aujourd’hui, il est temps de refaire les comptes à l'ère Spotify, YouTube et Twitter.

Bien avant que Taylor Swift ne s’embrouille avec Nicki Minaj et Katy Perry, et bien après que les Stones aient croisé le fer avec les Beatles, une autre guerre a animé le monde de la musique. Au milieu des années 1990, Blur et Oasis se livrent une bataille d’une rare intensité pour la couronne de roi de la britpop.

Le combat connaît son apogée le 14 août 1995 après un coup marketing osé. Ce jour-là, Blur et Oasis (respectivement signés chez Food, une filiale d'EMI, et Creation, mythique label indépendant dont Sony est le plus gros actionnaire) sortent en même temps leur nouvelle chanson. Un duel impensable à l’époque, dans un monde de la musique où il était de bon ton de ne pas se marcher sur les pieds dans ce genre de situation. Blur, qui a pris l'initiative d'avancer la sortie de son treizième single pour jouer le choc frontal, publie «Country House», extrait de l’album The Great Escape.


Oasis sort «Roll With It», issu de son second album (What's the Story) Morning Glory?


Pendant des semaines, les deux bandes rivales s'affrontent pour la tête du top 40. La BBC rappelle que l'importance du duel est telle qu’il sera transformé par les médias de l’époque en affrontement social entre Oasis, groupe de la classe ouvrière de Manchester, et Blur, représentants de la classe moyenne venus de Colchester, dans le sud-est du pays.

Cette compétition indie-pop (le reste de l'année, les charts sont dominés par East 17, Take That, Michael Jackson ou Céline Dion) vire au pugilat, au sens littéral du terme, quand le NME traite le duel sous une couverture parodiant les affiches des matchs de boxe: «Le championnat de Grande-Bretagne poids lourds».


Ou quand Noel Gallagher annonce un duel à mort:

«Blur, c'est une bande de branleurs de la classe moyenne qui essaient de jouer aux durs avec une bande de héros de la classe ouvrière. Il n'y aura qu'un gagnant.»

Même la France va s’emparer du sujet et alimenter un peu plus la rivalité des deux groupes.


Beaucoup donnaient Oasis gagnant, mais au final, c’est Blur qui gagne la partie avec 274.000 copies vendues de «Country House», contre 216.000 pour Oasis et son «Roll With It». Des chiffres qui n’ont évidemment pas manqué de créer la polémique à l'époque, puisqu’Oasis aurait souffert d’un code-barre défaillant tandis que Blur a vendu deux CD avec des faces B différentes pour pousser ses fans à acheter le single en double, et les a vendus une livre moins cher que le single d’Oasis (1.99 livre contre 2.99 livres).

A l'époque, Oasis n’a jamais accepté sa «défaite» –significativement, c'est quelques semaines plus tard que Noel Gallagher commettra à propos de Blur son plus célèbre dérapage dans une interview à The Observer:

«J'ai passé pas mal de temps avec leur guitariste. Je n'ai jamais rencontré leur batteur, j'ai entendu que c'était un type sympa. Le bassiste et le chanteur, j'espère qu'ils attraperont le sida et en crèveront car je les déteste tous les deux.»

Comment seraient accueillis ces morceaux s'ils sortaient ce 14 août 2015? Aujourd'hui, on ne mesure évidemment plus seulement le succès d'une chanson en nombre de copies, mais aussi en clics ou en téléchargements. Nous avons donc tenté de refaire le match comme s’il s’était déroulé sur Internet, devenu la première plateforme d’écoute et d’achat de musique.

 Les pochettes des deux singles d'Oasis et de Blur.

1.YouTube

On compte plus de 4,5 millions de vues pour le clip de «Country House», publié en 2009 sur le compte officiel de la major EMI. Oasis, de son côté, récolte «seulement» 363.000 vues pour «Roll With It», qui n'a été mis en ligne légalement qu'en janvier 2014, quand le groupe s’est véritablement ouvert à ce qu’Internet avait à lui offrir. On peut ajouter les 866.000 vue d’une vidéo non officielle publiée en 2009, mais le compte n’y est toujours pas. Blur gagne le match sur YouTube, et haut la main.

Blur: 1 
Oasis: 0

2.Spotify

La première plateforme de streaming musicale au monde offre l’intégralité des discographie de Blur et d’Oasis. On peut donc voir assez facilement que «Country House» de Blur récolte plus de 8 millions d’écoutes, soit largement plus que les 3,5 millions de «Roll With It».

Mais il faut rappeler ici qu’Oasis n’a rendu sa discographie accessible sur Spotify (ainsi que sur Deezer et Rdio) qu’en janvier 2014, après des années de résistance et des mois de négociations. Blur, en revanche, a compris dès 2009 tout l’intérêt de travailler avec Spotify. En 2012, le groupe lançait même, en partenariat avec la plateforme, une application permettant aux fans de découvrir des contenus exclusifs du groupe. Si l'on tient compte du nombre annuel moyen d'écoutes, Oasis passe donc en tête, ce qui reflète sans doute la fanbase plus élargie du groupe. On peut donc décider d'un match nul: un point à Blur pour le total, un à Oasis pour la moyenne.

Blur: 2
Oasis: 1

3.Les notes sur Deezer, Discogs et RateYourMusic

Sur trois plate-formes qui permettent de noter les morceaux, Deezer, Discogs et RateYourMusic, le morceau de Blur arrive à chaque fois devant celui de Oasis, avec des notes respectives de 8,65 sur 10, 3,9 sur 5 et 3,63 sur 5, contre respectivement 7,82 sur 10, 3,75 sur 5 et 3,52 sur 5.

Blur: 3
Oasis: 1

4.Google

Là encore, la note est salée pour Oasis. Rares sont les moments où le groupe des frères Gallagher a suscité plus d’intérêt que celui de Damon Albarn. Même en 2009, quand Liam et Noel annoncent la séparation du groupe quelques minutes avant leur concert à Rock en Seine, l’intérêt suscité par leur morceau ne dépasse pas celui de leurs rivaux.

Blur: 4
Oasis: 1

5.Facebook et Twitter

Si l’on peut noter qu’Oasis compte plus de 9 millions de likes sur Facebook et Blur seulement 2 millions, il est plus difficile d’estimer la popularité d’un morceau en particulier sur un réseau social comme Facebook. Des pages existent néanmoins pour les deux chansons, et là encore, Noel et Liam dépassent Blur (ici et ici) avec 1.800 «J’aime» en tout, contre à peine 380 pour «Country House».

Même chose sur Twitter, où les gens tweetent parfois une vidéo sans donner le titre. On remarque néanmoins que les mentions «Oasis roll with it» battent d’une courte tête celles de «Blur country house».

Impression écran du site Topsy.

Pour les réseaux sociaux, victoire aux points pour Oasis, donc.

Blur: 4
Oasis: 2

6.Quel morceau a été le plus repris sur scène? Le plus samplé?

Certains sites recensent ce genre de statistiques pourtant compliquées à compiler. Setlist.fm vous propose ainsi de compter le nombre de fois où un morceau a été ajouté à la setlist d'un groupe. Par exemple, «Country House» a été jouée 118 fois sur scène entre 1995 et 2014, mais à chaque fois par Blur. En revanche, «Roll With It» a été jouée 246 fois par cinq groupes et artistes différents. Selon le site, on retrouve ces petits trolls de Blur, qui l'ont jouée pendant quelques instants le 16 novembre 1995 dans les studios de MTV à Londres. Quelques mois à peine après le climax de leur rivalité, c'était osé.

Quand aux samples, Blur domine avec un seul sample de «Country House» en 2009... soit un de plus qu'Oasis. Match nul, donc.

Blur: 5
Oasis: 3

Conclusion: vingt ans après, c'est encore Blur qui remporte le duel des singles. Sauf que derrière, chacun de ces singles a lui-même été battu, dans la mémoire collective, par une autre chanson du même album: «Country House» par «Charmless Man» et «Roll With It» par «Wonderwall» (voire «Don't Look Back In Anger»). Et si le mois d'août 1995 fut celui de Blur, les fans d'Oasis vous diront que l'année entière a été celle des Mancuniens, et ils n'auront pas tort: quatorze fois disque de platine outre-Manche et monté à l'époque à la quatrième place des charts américains, (What's the Story) Morning Glory? est aujourd'hui reconnu comme le classique d'Oasis, là où The Great Escape, seulement trois fois disque de platine et 150e des charts américains, n'a pas la réputation des deux disques qui l'entourent, Parklife et Blur. En février 1996, Oasis a battu Blur dans trois catégories aux Brit Awards, et n'a évidemment pas pu s'empêcher de chambrer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte