Partager cet article

Non, les smartphones des migrants qui arrivent en Europe n'ont rien d'un luxe

Un migrant le 30 juillet (REUTERS/Pascal Rossignol)

Un migrant le 30 juillet (REUTERS/Pascal Rossignol)

N'en déplaise à l'extrême droite autrichienne, les téléphones à bas prix sont devenus un outil indispensable aux réfugiés.

En Autriche, les smartphones sont devenus le symbole des supposées largesses du système social avec les réfugiés. Une petite musique monte sur les réseaux sociaux: pendant que les contribuables payent pour leur pension et leur logement, les migrants s'offriraient de coûteux téléphones.

Un responsable du FPÖ, le parti d'extrême droite autrichien, a ainsi posté ce message Facebook, partagé plus de 1.000 fois: 

«La ministre de l'Intérieur en visite au camp de réfugiés de Linz. Jeu: trouvez le nouvel iPhone ;-)».

 

Die Innenministerin bei der Besichtigung der Asyl-Zeltstadt in Linz.Suchbild: Finde das neue iPhone ;-)

Posted by Manfred Haimbuchner on Wednesday, May 20, 2015


Le quotidien autrichien Der Standart dénonce cette «campagne de dénigrement» qui n'est justifiée par aucun fait. 

GPS et Google Translate

Il est vrai que presque tous les migrants viennent en Europe avec un téléphone, et souvent un smartphone. Mais c'est un outil «d'une importance capitale», estime le journal. Il leur sert à communiquer avec leurs passeurs, à parler avec les populations des pays traversés grâce à Google Translate et surtout à rester en contact avec leurs familles, légitimement inquiètes par la difficulté du périple.

Le téléphone permet aussi aux réfugiés de contacter leurs rares contacts en Europe susceptibles de les aider, «souvent l'ami d'un ami sur Facebook»

Le journal allemand Süddeutsche Zeitung, qui s'est également penché sur ce sujet tout aussi brûlant en Allemagne, explique que les smartphones servent en outre à se repérer via le GPS. Le téléphone permet aussi aux réfugiés de contacter leurs rares contacts en Europe susceptibles de les aider, «souvent l'ami d'un ami sur Facebook». «Ça n'a vraiment rien d'un luxe», estime Elisabeth Ramzews, responsable du service social pour les réfugiés de Munich.

Téléphonie à bas prix

Les migrants n'ont de toute évidence pas les moyens de se payer de coûteux frais d'itinérance, comme le laisse entendre l'extrême droite autrichienne. Mais ils profitent des tarifs bon marché des cartes prépayées qui permettent d'envoyer de nombreux messages sur des logiciels peu gourmands en données, comme Whatsapp ou Viber.

L'abonnement téléphonique ne fait pas partie des besoins vitaux reconnus aux migrants par les pouvoirs publics, rappelle Der Standart. «Drei», un gros opérateur téléphonique autrichien avait ainsi proposé un abonnement de données gratuit aux migrants d'un quartier de Vienne, une initiative évidemment critiquée par le FPÖ.

Le smartphone pour seul horizon électronique

Si le forfait téléphonique revient au final peu cher, les smartphones ne sont pas aussi coûteux que leurs équivalents européens. Des marques comme Samsung, HTC ou LG ont développé des appareils peu coûteux pour les marchés émergents, au design similaire que leur équivalent européen mais avec une moindre puissance ou une moins bonne caméra.

Au Moyen-Orient, le smartphone a tendance à remplacer tous les autres appareils électroniques, ce qui fait baisser son prix relatif, note Der Standart: 

«Alors que les jeunes Autrichiens ont à côté de leur smartphone un ordinateur portable, une télévision et peut-être une console de jeu vidéo ou même une tablette, les Syriens, les Égyptiens et les Irakiens font tout avec leur seul smartphone.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte