Partager cet article

Le Nippon Kaigi, ce discret lobby qui pousse le Japon vers le nationalisme

Des femmes vêtues de kimonos agitent le drapeau japonais, le 22 avril 2015, lors du Festival de printemps du sanctuaire shinto Yasukuni dédié aux personnes mortes au combat en servant l’empereur du Japon (Tokyo)  | REUTERS/Issei Kato

Des femmes vêtues de kimonos agitent le drapeau japonais, le 22 avril 2015, lors du Festival de printemps du sanctuaire shinto Yasukuni dédié aux personnes mortes au combat en servant l’empereur du Japon (Tokyo) | REUTERS/Issei Kato

Les rangs des sympathisants du Nippon Kaigi grossissent. Leur objectif: en finir avec le pacifisme constitutionnel et soutenir le révisionnisme historique sur la responsabilité du Japon dans la Seconde Guerre mondiale.

Tokyo

C'est une organisation qui revendique 35.000 adhérents, mais surtout les trois quarts des membres du gouvernement et, à la fin de l'année 2014, 289 parlementaires sur les 480 que comptent les deux chambres japonaises réunies Pourtant, elle est quasiment inconnue du grand public nippon. Le Nippon Kaigi –la «Conférence du Japon»– est pourtant l'un des lobbies les plus influents depuis 2012, et le retour aux affaires du conservateur Shinzô Abe. Il est surtout celui qui est le plus emblématique de la tendance actuelle de la position politique et internationale du Japon: le retour à une posture nationaliste marquée.

Lente résurgence des idéaux du passé

Mais si on imagine le Nippon Kaigi comme une organisation ancestrale qui a traversé les âges pour faire vivre une tradition d'un Japon millénaire... on fait fausse route. Le Nippon Kaigi n'a en effet pas vingt ans d'ancienneté. L'organisation a été créée seulement en... 1997. Elle est issue de la fusion de deux associations regroupant d'un côté des partisans d'un Japon militariste, et de l'autre des groupes shintoïstes traditionalistes à dimension politique.

Depuis, la discrète structure a su prendre son temps pour s'étendre et influencer la classe politique conservatrice. Elle a pour cela pu profiter de deux mouvements successifs: la relative dédiabolisation des idées nationalistes dans les années 1990, époque de sa naissance officielle, et le renouvellement des cadres politiques conservateurs dans les années 2000.

Si le nationalisme était particulièrement mal vu après la Seconde Guerre mondiale –les Japonais lui ayant collectivement imputé la catastrophe que fut la défaite nippone– et cela jusque dans les années 1970, les choses se diluèrent petit à petit après cette date. Le Japon conquérant sur le plan économique, et se préparant à devenir la seconde puissance mondiale tout en restant assez neutre sur le plan diplomatique, relâcha sa vigilance sur les idées nationalistes, permettant à de petits groupes de pression de se reconstituer sans être inquiétés. Il est vrai que le Japon des années 1970 était bien plus préoccupé par les agissements du Nihon Sekigun, l'Armée rouge japonaise, qui multipliait les attentats, aux conséquences parfois meurtrières.

Dans les années 1990, ce travail de l'ombre va finir par porter ses fruits, avec la création du Nippon Kaigi. Pourquoi à ce moment-là? «Certains universitaires estiment que l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995 a été l'un des catalyseurs de cette revitalisation, explique Thierry Guthmann, politologue et professeur à l'université de Mie. Pour ma part, je pense plutôt qu'avec une obstination toute japonaise les milieux nationalistes ont su regagner petit à petit le terrain perdu et que les années 1990 correspondent à la période de leur résurgence manifeste sur la scène politico-médiatique.»

Avec une obstination toute japonaise, les milieux nationalistes ont su regagner petit à petit le terrain perdu

Thierry Guthmann, politologue et professeur à l'université de Mie

Autre moment propice pour le Nippon Kaigi: la transition des effectifs du parti conservateur d'hommes politiques âgés, ayant même pour certains connus la guerre dans leur jeunesse (et étant restés assez naturellement hostile au militarisme) vers une «nouvelle génération» moins marquée par cette période. Le Jimintô, le parti conservateur, a même profité d'une rarissime période dans l'opposition entre 2009 et 2012 (la deuxième seulement depuis la création du parti en 1955) pour faire émerger de nouvelles têtes. Autant de profils neufs susceptibles de venir grossir les rangs des sympathisants du Nippon Kaigi. 

Objectif: retourner l'opinion japonaise

Mais quel est le rôle concret du Nippon Kaigi? Agir en coulisse pour maintenir à l'agenda des thèmes chers à l'organisation... et qui correspondent actuellement à ce qui préoccupe le plus la majorité en place: la révision de l'article 9 de la Constitution (affirmant la «renonciation à la guerre» par le Japon), le révisionnisme historique sur la responsabilité du Japon dans la Seconde Guerre mondiale, une position ferme sur les questions internationales notamment face à la Chine et à la Corée du Nord, et le soutien des visites de certains Premiers ministres au sanctuaire Yasukuni, où sont honorés les morts japonais du conflit, dont certains criminels de guerre.

Mais après des années de lobbying de l'ombre auprès des élus de premier plan, l'association s'est lancée dans une nouvelle stratégie d'expansion: le Nippon Kaigi s'est implanté dans la totalité des quarant-sept «préfectures» japonaises, avec des relais locaux d'entraide. La structure développe aussi des activités d'éducation populaire auprès du grand public, et n'est en rien une structure fermée: il suffit de remplir un formulaire d'adhésion, disponible en ligne, et de payer les 10.000 yens de cotisations (environ 75 euros) pour faire partie de l'association. On est donc loin d'une «société secrète»...

Le but d'une telle ouverture? Créer les conditions favorables dans la population à une victoire du «oui» pour un éventuel référendum populaire relatif à la modification de la Constitution. En effet, malgré la cote de popularité plutôt correcte, quoique en érosion continue, de Shinzô Abe après trois ans aux manettes et alors que, selon un sondage du quotidien de gauche Asahi Shimbun, les députés de la Chambre basse soutiennent à 84% la remise en cause du «pacifisme à la japonaise», la plupart des études d'opinion montrent que 60% des Japonais environ y sont opposés.

Le Nippon Kaigi travaille donc à diffuser sa pensée dans les différentes couches de la société japonaise malgré la réticence persistance de cette dernière aux idées nationalistes. Et l'organisation peut compter sur quelques belles «prises». Si le Premier ministre Shinzô Abe en est bien sûr très proche, l'un de ses plus fidèles partisans n'est ni plus ni moins que Hakubun Shimomura, le ministre de l'Éducation et de la Culture (son portefeuille comporte aussi les Sciences et les Sports –d’ailleurs en charge de la préparation des JO de 2020 à Tokyo, il a remis fin septembre sa démission en raison de l'abandon du très coûteux projet de construction du principal stade desdits JO, qui avait fait scandale). Favorable à la révision des conclusions du Procès de Tokyo, il porte le projet de modifier les manuels scolaires des établissements japonais pour en finir avec «la vision masochiste de l'histoire» en cours selon lui depuis 1945. Et il affiche sans complexe son appartenance à l'organisation puisqu'il est le secrétaire général du groupe des parlementaires membres du Nippon Kaigi.

60%

La proportion de Japonais opposés à la remise en cause de l’article 9 de la Constitution

Mais le pouvoir grandissant du Nippon Kaigi est-il la cause réelle du durcissement des positions japonaises, ou seulement la conséquence d'un retour en force des idées nationalistes dans le pays? «Il ne faut pas surestimer l'influence du Nippon Kaigi, tempère le politologue Toru Yoshida, professeur à l'université d'Hokkaidô. Il existe plus de 300 groupes d'influence auprès de parlementaires, qui vont de l'agriculture au BTP, en passant par la religion et les vétérans de guerre... Le nom de Nippon Kaigi commence à se faire connaître petit à petit parce qu'il a aussi réussi à attirer des personnalités médiatiques comme la journaliste Yoshiko Sakurai. Mais la majorité de l'électorat japonais n'aime guère le clivage trop marqué. S'afficher ouvertement comme un partisan du Nippon Kaigi sera donc assez mal vu.»

Pour Thierry Guthmann, même si bon nombre d'hommes politiques membres du groupe le sont par «proximité idéologique», l'attrait pour le Nippon Kaigi obéit aussi à des considérations beaucoup plus tacticiennes:

«Shinzô Abe était un des politiciens qui montait. Il a donc semblé judicieux pour obtenir notamment des postes ministériels de se rapprocher des cercles qui ont la faveur d'Abe.»

Que ce soit par choix ou par opportunité, le Nippon Kaigi continue d'engranger les soutiens. Et malgré son effacement de façade –son président Tadae Takubo est un professeur d'une petite université tokyoïte, et inconnu du grand public–, il accompagne idéologiquement un gouvernement qui souhaite modifier en profondeur la Constitution, ce qui serait un tour de force politique. Depuis son entrée en vigueur en 1947, elle n'a jamais connu la moindre modification.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte