Partager cet article

Vous rêvez d'être ministre du Travail? Voici l'annonce Pôle emploi

Déconseillé à ceux qui cherchent un temps partiel, un CDI ou qui ne maîtrisent pas la langue de bois.

François Rebsamen dit partir en ayant le sentiment d’avoir «bien fait son travail». Le ministre du Travail va démissionner le 19 août prochain pour reprendre sa fonction de maire de Dijon, où il succède à Alain Millot, décédé d'un cancer en juillet dernier et qui était maire de la capitale bourguignonne depuis avril 2014. Son successeur pourrait être, selon les rumeurs qui ont filtré, un de ses collègues du gouvernement, Alain Vidalies ou Stéphane Le Foll, ou encore le député Jean-Marc Germain. Si la fiche de poste était publiée par Pôle Emploi, à quoi pourrait-elle ressembler? Nous avons essayé de l'imaginer.

Lieu de travail: 127, rue de Grenelle

C'est là que ce ministère est situé depuis sa création. La fonction avait été inaugurée sous le premier gouvernement Clémenceau, dans un contexte social marqué par de nombreuses grèves, et confiée au socialiste René Viviani. Une bonne illustration du fait que, selon Bruno Béthouart, auteur du Ministère du Travail et de la Sécurité sociale. De la Libération au début de la Ve République (Presses Universitaires de Rennes, 2006), le rôle du ministre du Travail en fait un personnage particulièrement exposé, au croisement des questions économiques et sociales.

N+1: François Hollande

Vous nuancerez, et vous aurez raison, en disant que le supérieur direct d'un ministre, c'est plutôt le Premier ministre, Manuel Valls. Toutefois, le rapport qui unit le chef de l'État au ministre du Travail est un peu particulier: la candidature éventuelle de François Hollande à sa réélection (puis ensuite son éventuelle réélection) dépend directement des résultats du futur ministre du Travail sur la question du chômage, puisque le chef de l'Etat s'est engagé à ne pas être candidat si l'on n'assiste pas à une baisse «crédible» du chômage en 2016.

Rémunération: 9.940 euros bruts

C'est le montant de la rémunération totale des ministres, qui a baissé de 30% à l'arrivée au pouvoir de François Hollande en 2012. Viennent s'y ajouter divers avantages relatifs au logement et aux transports.

Type de contrat: CDD de 20 mois

Successeur de Michel Sapin après le remaniement d'avril 2014, François Rebsamen aura tenu 16 mois. Son successeur disposera lui normalement de 20 mois jusqu'à l'échéance de 2017. 

Possibilité de temps partiel: Non

Surnommé le «numéro un des cumulards» car il était un des rares socialistes à défendre le cumul des mandats, François Rebsamen est rentré dans le rang en présentant sa démission. Inutile de dire que son successeur ne pourra pas briguer une mairie ou un conseil régional...

Compétences et diplômes

Maîtrise en statistique des chiffres du chômage et en droit des radiations administratives: la gestion des demandeurs d'emploi est une matière très complexe, avec de nombreuses subtilités statistiques et juridiques. Ainsi, si, en juin 2015, le chômage a été quasiment stable (+1.300), c'est parce que Pôle Emploi a eu accès à des données administratives plus complètes subdivisant les chômeurs en différentes catégories (demandeurs d’emploi en formation, en service ou en contrat aidé dans l’insertion par l’activité économique). Le nombre de chômeurs supplémentaires aurait été de 11.000 avec la méthode de calcul habituelle.

Moral à toute épreuve: d’après les calculs du Huffington Post, 207.000 chômeurs supplémentaires ont poussé la porte de Pôle emploi entre le départ et l’arrivée de François Rebsamen. Si une baisse est d'ores et déjà annoncée à moyen terme, plusieurs mois difficiles sont encore possibles pour le successeur de l'élu bourguignon.

Langues: de bois

La communication autour des chiffres du chômage et de leur évolution oblige à un optimisme à toute épreuve, sensible encore dans la récente interview de François Rebsamen au Parisien: «Nous sommes sur une ligne de crête étroite mais juste, et j’ai la conviction que les mesures que nous avons prises vont faciliter l’embauche pour les PME avec le retour de la croissance.» Si l'actuel ministre du Travail a eu quelques accès de franchise brutale, reconnaissant par exemple «l'échec» du gouvernement sur l'emploi en octobre 2014, son prédécesseur Michel Sapin était lui réputé pour sa langue de bois (ou plutôt de sapin, bien sûr) au point d'avoir été qualifié de «grand prestidigitateur».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte