Monde

En Colombie, des linguistes traquent et corrigent les tatouages mal orthographiés

Temps de lecture : 2 min

L'Instituto Caro y Cuervo a lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour trouver et corriger les pires affronts à la langue espagnole.

Capture d'écran du groupe Facebook "Fail Tatoos"

Ça y est, c'est encré définitivement dans votre peau. Rien qu'en remontant les manches de votre pull, vous pouvez désormais déclarer à la face du monde «L'amour est éternelle», «NO REGERTS», «You Only Life Once» ou encore l'optimiste «What don't kill you'll make you more strong». Mais à la réflexion, il vous semble qu'il y a un petit je-ne-sais-quoi qui cloche...

En Colombie, vous pourriez simplement envoyer une photo de votre tatouage à l'Instituto Caro y Cuervo pour en avoir le cœur net. Basé à Bogotá, ce centre d'études supérieures mène habituellement des recherches en linguistique, philologie et littérature. Mais cet été, c'en est trop. «Nous avons vu beaucoup de monde avec de très grosses erreurs dans leurs tatouages», explique au Guardian Maria Paula Alzate, de l'Institut.

«La vida no es fasil»

Pour répondre à ces affronts contre leur belle langue espagnole, les linguistes ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux (hashtag #caroycuervoink) appelant les Colombiens à envoyer des photos des fautes d'orthographe les plus flagrantes dans les tatouages afin qu'ils puissent en diffuser l'orthographe exacte.

En espagnol, l'erreur la plus commise est de confondre des lettres dont la prononciation est proche (comme le B et le V, ou le S et le C). Un des tatouages connus sur Internet est: «La Vida No es Fasil» (au lieu de «facil»), encré sur la poitrine d'un jeune homme.

Pour ceux qui se seraient trompés d'une lettre, il est encore temps de maquiller leur «S» en «C». En revanche pour ceux, les plus nombreux, qui voudrait finalement effacer le prénom de leur ex-petit(e)-ami(e), les linguistes ne pourront pas grand-chose.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Arrêtez de croire que les gens ne lisent plus aux États-Unis

Arrêtez de croire que les gens ne lisent plus aux États-Unis

«Nous sommes une nation de lecteurs», assure la directrice exécutive de la National Book Fondation.

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

L’état d’urgence signé par Trump n’est qu’une nouvelle manifestation de son obsession pour un mur qui, loin de protéger les États-Unis, a pour fonction de sauver la peau présidentielle.

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Newsletters