Santé

Les sextos n’ont pas que des mauvais côtés

Temps de lecture : 2 min

Envoyer une photo de soi nu à son partenaire est certes une pratique à risque mais elle peut renforcer la satisfaction sexuelle et même conjugale.

Sexting | Quinn Dombrowski via Flickr CC License by CC
Sexting | Quinn Dombrowski via Flickr CC License by CC

Envoyer un sexto ou en recevoir peut faire du bien. C’est en tout cas le résultat d’une étude menée par Emily Stasko, doctorante en psychologie clinique à l’Université Drexel, à Philadelphie. «Si envoyer des sextos était seulement une mauvaise chose, les gens ne le feraient pas autant», souligne-t-elle avec justesse. Or sur les 870 personnes interrogées (entre 18 et 82 ans) pour les besoins de cette étude, 88% ont dit avoir déjà «sexté» au cours de leur vie et 82% au cours de l’année précédente.

Tout dépend en effet du contexte dans lequel les sextos sont échangés. «Tous les sextos ne se valent pas. Les sextos non voulus sont mauvais pour la relation mais, quand ils sont désirés, ils font du bien.» En effet, non seulement l’échange de sextos semble corrélé à une plus grande satisfaction sexuelle mais aussi à une relation de couple satisfaisante (à l’exception des individus dans une relation «très engagée» et pour lesquels il n’existe aucun lien entre les sextos et la satisfaction conjugale).

Reste que l’on se retrouve comme souvent devant le paradoxe de l’œuf et de la poule:

«Nous ne savons pas si envoyer des sextos permet un plus grand degré d’intimité ou si les personnes engagées dans une relation satisfaisante se sentent plus intimes et si c’est cela qui conduit à l’échange de sextos.»

Des recherches complémentaires sont donc nécessaires pour savoir si les sextos permettent une plus grande intimité et sérénité conjugale. Si tel est le cas, qui sait, peut-être seront-ils un jour utilisés comme un moyen de communication dans les thérapies de couple.

Slate.fr

Newsletters

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

L'histoire de la tuberculose est à ce titre instructive.

Un homme s'est injecté son sperme pendant 18 mois pour soigner un mal de dos

Un homme s'est injecté son sperme pendant 18 mois pour soigner un mal de dos

Spoiler: cela n'a pas fonctionné.

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Le burn-out n'est pas qu'une maladie de millennials

Il ne toucherait que la génération internet à l'exclusion des autres. Or, c'est bien parce que tout le monde est concerné que le burn-out mérite une réponse collective.

Newsletters