Partager cet article

Des chercheurs affirment avoir trouvé un «langage universel»

Tour de Babel | Pieter Bruegel the Elder via Wikimedia (domaine public)

Tour de Babel | Pieter Bruegel the Elder via Wikimedia (domaine public)

Le MIT prétend avoir trouvé une structure linguistique liant toutes les autres en elles.

Selon différentes estimations, le nombre de langues parlées dans le monde se situerait entre 3.000 et 7.000, les unes ressemblant rarement aux autres. À tel point que l’on se pose des questions sur l'existence de caractéristiques qui pourraient les relier entre elles. Malgré cette variété, certains spécialistes fantasment encore sur l’existence d’une «langue universelle», qui permettrait à tout le monde de communiquer entre eux, quelle que soit leur origine.

Ce moment est peut-être arrivé car, comme l’explique le site Arstechnica.com, des chercheurs du MIT ont découvert que «toutes les langues s’auto-organisent de telle façon que les concepts liés restent aussi proches que possible au sein d’une phrase, rendant la compréhension globale plus facile».

Prédisposition génétique à une «grammaire universelle»

Richard Futrell, Kyle Mahowald et Edward Gibson du MIT ont justement essayé de savoir si toutes les langues avaient une organisation spécifique visant à lier ensemble tous les mots ayant une relation syntaxique proche. Par exemple l’adjectif «vieux» appartient au nom qu’il modifie, comme «monsieur», et sa place juste à côté dans une phrase permet au cerveau de mieux comprendre le concept sans faire de trop gros efforts. Cela signifie selon les chercheurs qu’il y a une prédisposition génétique au sein de notre cerveau qui a poussé l’homme a garder une structure semblable, quelle que soit la langue qu'il a développée. 

En analysant des phrases de trente-sept différentes langues et leur façon de limiter l’espace qui sépare des mots liés entre eux, ils ont confirmé leur hypothèse de base. En effet, les phrases avaient en effet tendance à rassembler les concepts, quelle que soit la langue. Autrement, et comme l’affirmait le célèbre linguiste Noam Chomsky, il y aurait bien une «grammaire universelle» sous-jacente qui lierait toutes les langues dans le monde. Une théorie jusque-là controversée dans le monde scientifique. 

Évidemment, l’étude n’a pris en compte que trente-sept langues, qui sont liées entre elles par des racines communes. Mais cela n’empêche pas l’étude d’être une bonne base pour de futures recherches, selon Jennifer Culbertson, linguiste à l’université d’Édimbourg, qui répondait à Arstechnica.com:

«C’est une source importante de preuves pour formuler de plus larges hypothèses sur comment l’ordre des mots est déterminé dans les langues du monde.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte