Partager cet article

Vouloir passer ses vacances à Cleveland, c’est «suspect» selon la police aux frontières américaine

Des agents de police de l’unité de contre-terrorisme des Midlands de l’Ouest à l’aéroport international de Birmingham (Angleterre) le 10 avril 2012 | West Midlands Police via Flickr CC License by

Des agents de police de l’unité de contre-terrorisme des Midlands de l’Ouest à l’aéroport international de Birmingham (Angleterre) le 10 avril 2012 | West Midlands Police via Flickr CC License by

Une jeune Allemande qui projetait de rester quatre mois à Cleveland s’est vu refuser l’entrée sur le territoire américain.

Ce devait être un de ces voyages qui «forment la jeunesse», un de ceux qu'effectuent chaque année des milliers de bacheliers allemands qui décident de prendre une année sabbatique pour arpenter la planète avant de commencer leurs études. Cette semaine, la presse allemande a largement relayé la mésaventure d'une jeune Allemande de 19 ans qui a été refoulée des États-Unis à peine sortie de l'avion. Aimee Schneider venait d'obtenir son Abitur, l'équivalent allemand du baccalauréat, et avait pour projet de séjourner quatre mois à Cleveland, dans la famille de son arrière-cousine.

À son arrivée à l'aéroport de Philadelphia, où elle devait prendre un second avion, la jeune femme a été soumise à un interrogatoire pendant trois heures sur le motif de son voyage, rapporte le quotidien Die Welt. Les services de la police aux frontières auraient trouvé suspect qu'elle veuille passer quatre mois de vacances dans cette ville de taille moyenne de l'Ohio, et non dans une ville touristique comme New York.

Bagages et Facebook fouillés

Ses bagages ont été fouillés, et son smartphone a été saisi:

«Un peu plus tard, on lui a remis un document comportant une étrange question: “Avez-vous des messages sur votre portable dans lesquels il est indiqué que votre cousine vous a proposé de garder les enfants des voisins et que vous lui avez expliqué que vous avez un permis de conduire valide et que vous pourriez ainsi conduire les enfants à l'école?”»

Lesdits messages avaient été échangés sur Facebook, que les agents qui ont interrogé la jeune femme se sont visiblement permis de consulter. Aimee Schneider a été accusée de vouloir dissimuler un emploi en tant que jeune fille au pair. Une accusation qu’elle réfute, comme elle l'explique à l'hebdomadaire Der Spiegel:

«Nous avons parlé de la manière dont je pourrais m'occuper lorsque ma cousine travaillerait. J'avais envie de faire la connaissance d'une autre famille. Il n'a jamais été question de recevoir de l'argent.»

Refoulée à la descente de l’avion

Aimee Schneider a été contrainte d'embarquer dans le vol suivant pour Francfort, escortée par deux policiers jusqu'à la porte de l'avion, comme une «dangereuse criminelle», confie-t-elle au Spiegel.

Aussi fou qu'il paraisse, son cas n'est pourtant pas unique, explique le quotidien Berliner Zeitung: environ 700 citoyens allemands ont été refoulés à la descente de l'avion par la police aux frontières américaine en 2013. La même année, 2,7 millions de citoyens allemands ont pu, eux, séjourner sur le sol américain:

«Un Allemand iranien s'est ainsi vu refuser le droit d'entrer sur le territoire américain car son nom ne ressemblait pas à un nom allemand et qu'il ne pouvait donc pas être allemand.»

Une autre personne a, elle, été expulsée au motif qu'elle était en possession d'un visa touristique alors qu'elle devait arbitrer bénévolement une manifestation sportive. Les parents d'Aimee Schneider ainsi que sa cousine vivant aux États-Unis pourraient mener prochainement une action en justice.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte