Monde

MH370: comment des débris de l'avion ont-ils pu se retrouver à la Réunion?

Temps de lecture : 2 min

Une animation du New York Times montre comment les débris flottants auraient dérivé si l'estimation du lieu du crash, déterminée par les experts, s'avère exacte.

Le fragment d'aile retrouvé à la Réunion provient bien du Boeing 777 de la Malaysia Airlines (vol MH370), disparu des radars le 8 mars 2014 avec 239 personnes à son bord, ont confirmé les autorités malaisiennes.

L'Australie, à qui la Malaisie a confié la direction des opérations de recherche, est pourtant «sûre de chercher l'avion au bon endroit», non loin de ses côtes.

Alors comment ce morceau de flaperon, long de deux mètres, a-t-il pu se retrouver là? Une carte animée réalisée par le New York Times, à partir d'un modèle communiqué par les autorités australiennes, montre comment les débris ont pu dériver, en flottant au gré des courants, des vagues et du vent de l'océan Indien.

Les recherches amplifiées

Cette carte n'est évidemment valable seulement si le lieu du crash, estimé par les experts dans l'océan, au sud-ouest de l'Australie, s'avère exact.

La trace de ce vol Kuala Lumpur-Pékin avait été perdue au-dessus de l'océan Indien, peu après avoir bifurqué de son plan de vol, pour une raison encore inconnue. Les trajectoires possibles de son trajet aboutissent à un crash dans cette zone, non loin de l'Australie.

Cette découverte à la Réunion représente une avancée majeure dans l'enquête. Les autorités australiennes comptent amplifier au plus vite leurs recherches, sur un zone de 120.000 km² de fonds marins.

Slate.fr

Newsletters

Neum, le territoire qui échappe aux radars de l'Histoire

Neum, le territoire qui échappe aux radars de l'Histoire

Vous ignorez tout de ce territoire bosnien qui fait de la région de Dubrovnik une enclave croate? Logique: sa frontière ne fait que vingt kilomètres de long.

La manière de parler de Donald Trump est riche d'enseignements

La manière de parler de Donald Trump est riche d'enseignements

La langue de Trump est un miroir implacable: du président lui-même, de l'Amérique et de notre époque.

Le vice-président américain compare Trump à Martin Luther King

Le vice-président américain compare Trump à Martin Luther King

Selon Mike Pence, le combat de Trump pour un mur frontalier rappelle celui de Martin Luther King pour une meilleure démocratie.

Newsletters