Partager cet article

«Ça pourrit toutes mes relations. Je suis d'une nature jalouse. Implacable.»

Jealousy de Tom Roberts (1889)  via Wikipedia domaine public

Jealousy de Tom Roberts (1889) via Wikipedia domaine public

Cette semaine, Lucile conseille Wal, une jeune femme qui avait réussi à mettre de côté ses démons jusqu'à ce que son petit ami lui dise qu'il avait peur de la tromper.

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Voilà, j'aime sincèrement un homme depuis deux ans maintenant. Nous avons été amis dix ans avant de sauter le pas. Je connais ses ex, il connaît les miens. Je connais ses erreurs de parcours et ses casseroles, il connaît les miens aussi. Ça a beaucoup joué dans notre couple. Déjà parce qu'elle est à distance –nous ne nous voyons que les week-ends. Et surtout parce que je suis d'une nature jalouse. Implacable.

Ça a pourri beaucoup de mes relations. Je consulte depuis des années pour faire taire cette part en moi. Je souffre en cas de crise, et pire que tout: je fais souffrir l'autre, et ça c'est impardonnable. Quand la peur prend le dessus, je n’arrive plus à me contenir. J'ai peur de la tromperie, de l'abandon, de la perte. D'autant que j'ai été trompé dans chacune de mes relations passées.

Pour une fois... ça allait. La petite voix qui raconte les pires scénarios s'était tue. Pour de vrai. J'avais confiance en lui. Pour la première fois, j'étais sereine. Il sortait avec ses copains et copines? Je ne levais même pas un sourcil. Il prenait une colocataire? Génial, il ne dînerait plus seul. Confiance. Je ne pensais pas en être capable, j'avais l'impression d'être guérie.

Et puis un jour, lors d'un repas en tête à tête, il dit calmement: «J'ai peur de te tromper». J'ai hurlé, voulu savoir qui c'était. C'est personne et tout le monde. Il regarde les autres femmes, il veut toutes les séduire, il les veut toutes. J'ai hurlé. Encore.

Depuis, il me promet qu'il n'a rien fait. Qu'il serait toujours honnête, qu'il a dit ça «pour être méchant et me faire de la peine», parce qu'il était de mauvaise humeur. Qu'il n'y a que moi. Mais la voix s'est réveillée. Celle qui dissémine la peur. Je pique des crises. Pour un oui, pour un non. Justifiées ou non.

Quand je suis au calme, je me demande pourquoi il a dit ça s'il ne le pensait pas. Pour déclencher des crises et avoir une raison de me quitter? À quoi ça rime si c'était vraiment juste pour être méchant? Ce que j'aimais le plus dans notre relation, le calme, la simplicité, il l'a brisé. Et se plaint, à juste titre, de mes crises à répétition.

La question que je me pose, c'est je reste ou pas?

Wal

Chère Wal,

La jalousie excessive (et à mon sens, la jalousie tout court), c’est votre problème personnel, pas le sien. Ce n’est pas un trait de caractère, c’est le symptôme d’un malaise profond qui trouve ses racines dans votre histoire. Avant toute chose, et sans culpabiliser puisque ça ne sert à rien, je vous invite à continuer à réfléchir sur vous, sur votre passé (peut-être même familial, la jalousie s’ancre parfois sur autre chose que le terreau amoureux) et à partager votre travail avec votre compagnon.

Si vous avez réagi aussi violemment à une phrase pareille, pas intelligente certes mais qui, dans le contexte a tout d’une bravade, c’est que le travail n’est pas assez avancé de votre côté. Prenez le temps de réfléchir à tête reposée à votre relation: avez-vous eu quoi que ce soit à lui reprocher en terme de comportement? Ne vous est-il jamais arrivé de sortir, sous le coup de la colère ou de l’agacement, une phrase qui aurait pu le faire souffrir?

Il a peut-être dit ça sous le coup de la fatigue, parce qu’un climat de suspicion permanent est lourd à porter (ce qui explique peut-être en partie, le comportement de vos ex en terme de fidélité), parce que la phrase d’avant l’avait fait sortir de ses gonds. Et au final, il semble s’être excusé et expliqué.

Vous n’avez pas à plus analyser cet épisode, et surtout vous n’avez pas à vous servir de ces analyses pour justifier un comportement excessif et irrespectueux. Rien ne vous oblige à le quitter. Il n’a techniquement rien fait. En fait, vos angoisses l’obligent à un comportement exemplaire qui va même au delà du raisonnable puisqu’il concerne aussi le comportement verbal. 

Il faut vous en rendre compte: dans une relation, il est impossible d’attendre de l’autre qu’il se conduise ou qu’il exprime des sentiments ou des envies qui nous conviennent à la perfection à chaque instant. C’est impossible. Et reportez-le sur plusieurs années et vous conviendrez que c’est une folie. Dans l’idéal, sur des années à deux, on tâtonne, on s’étonne en bien ou en mal et au final, on avance ensemble entre petites concessions et grands bonheurs.

Après, il a eu tort de dire ces mots. Il n’a certainement pas eu conscience qu’ils joueraient comme un tel déclencheur de vos angoisses. Et il n’a certainement pas conscience qu’une telle provocation signerait la fin de votre relation de plusieurs années. Il faut tirer un trait sur cet épisode. Chacun s’excuse, on reprend à zéro. Et on s’explique. 

Il faut qu’il comprenne que vous êtes encore trop fragile pour avoir une absolue confiance en lui. Et il faut que, de votre côté, vous continuiez à faire ce travail de fond avec votre thérapeute. Parce que c’est important, pour vous et votre santé mentale (je n’ose imaginer l’enfer que cela peut être de ressasser sans cesse sur le sujet), et pour votre couple. Ne cherchez pas à vous enfuir, mais combattez ces démons ensemble. C’est votre seule chance de tirer enfin un trait sur ce problème qui empoisonne votre vie. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte