Culture / Économie / Monde

Bollywood n’est pas en grande forme (et ce n’est pas seulement à cause de Hollywood)

Temps de lecture : 2 min

L’industrie du cinéma de Mumbai est prise en étau entre les blockbusters américains et, de manière plus inattendue, par des productions indiennes.

Aishwarya Rai à New-York | Lucas Jackson/Reuters
Aishwarya Rai à New-York | Lucas Jackson/Reuters

Bajrangi Bhaidjan, retenez ce nom. Retenez-le car c’est le seul film indien made in Bollywood qui se soit réellement démarqué au box office du pays depuis le début de l’année 2015.

Même si les films Tanu Weds Manu Returns et ABCD 2 se sont aussi bien défendus, l’industrie cinématographique indienne n’est pas en forme. Comme l’explique Quartz, Bollywood est un peu écrasée par les blockbusters américains. Dans le top 5 des films ayant fait les meilleures entrées, trois viennent du rival de l'Ouest: Fast and Furious 7 (!), Jurassic World et les Avengers avec leur second volet L’ère d’Ultron.

En 2014, des films comme The Amazing Spider Man 2, Transformers 4 et X-Men: Days of Future Past avaient également très bien marché en Inde.

Dans l’ombre de la production locale

Plus étonnant cette fois-ci, Bollywood est aussi distanciée par des productions indiennes qui ne viennent pas de ses studios.

Cette année, le film Bahubali, une épopée relatant la lutte de deux frères pour le royaume de Mahishmathi, s’est fait remarquer. Il est le premier film non produit par Bollywood à apparaître dans le top 10 des films indiens les mieux reçus à l’international. Shailesh Kapoor d’Ormax Media confie à Reuters que «Bollywood devrait s’inquiéter. Tout ce qui innove, ce qui sort des sentiers battus, tout vient de l’extérieur. Que ce soit Bahubali ou l’omniprésence d’Hollywood, tous les deux sont beaucoup plus appréciés du public que par le passé».

Slate.fr

Newsletters

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

En cet automne, (re)découvrez une scène historique de la capitale qui met à l’honneur le répertoire lyrique français tout en faisant la part belle à la création contemporaine et aux innovations artistiques.

«Martin Eden», la légende du siècle

«Martin Eden», la légende du siècle

Le film de Pietro Marcello réinvente le grand livre de Jack London pour une traversée hallucinée et lucide d'un passé porteur des promesses, des menaces et des fantômes du présent.

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

La télévision n'a plus peur d'aborder les questions de santé mentale, et elle commence à comprendre comment le faire intelligemment. La preuve avec «Sorry for Your Loss».

Newsletters