Partager cet article

Il existe une formule mathématique pour trouver les meurtriers des romans d’Agatha Christie

Image extraite de la série «Hercule Poirot», inspirée des romans d'Agatha Christie. Via Allociné.

Image extraite de la série «Hercule Poirot», inspirée des romans d'Agatha Christie. Via Allociné.

Le lieu du crime, les véhicules utilisés et le modus operandi sont des éléments-clefs.

Alors que l’on s’apprête à célébrer les 125 ans de la naissance d’Agatha Christie, la reine des romans policiers, une équipe d’expert a essayé répondre à la question qui obsède des millions de lecteurs: qui est le meurtrier?

Le Guardian explique que la chaîne de télévision Drama a lancé une étude sur vingt-sept des quatre-vingt-trois romans publiés par la prolifique écrivaine, avec notamment Le crime de l’Orient-Express ou Mort sur le Nil. Dominique Jeannerod, de la Queen University, à Belfast, a expliqué son travail au journal anglais:

«Nous avons rassemblé des données incluant le nombre de mentions de coupables par chapitre, une “analyse de sentiment” des mentions des coupables, les mentions des transports et plusieurs références croisées avec d’autres concepts-clefs du roman.»

Et il semble qu’Agatha Christie suive un modèle bien défini, notamment sur le sexe de l’assassin, ses motivations et la cause de la mort de sa victime. Il semblerait également que, si le coupable est une femme, la description qui en sera faite est plutôt négative, alors qu’elle sera neutre ou positive quand il s’agit d’un homme. Un brin de sexisme dans les romans d'Agatha Christie?

Modélisation

Tout le raisonnement des responsables de l’étude tourne d’ailleurs autour du sexe du tueur. «Par exemple, explique le Guardian, ils ont trouvé que, si la victime a été étranglée, le tueur a plus de chances d’être un homme (ou un homme aidé par une femme complice), alors que, si l’histoire prend place à la campagne, ce qui n’est pas rare pour une nouvelle d’Agatha Christie, il y a 75% de chances que le tueur soit une femme.» Il faut également regarder avec attention le lien qui unit les suspects au tueur et les mentions du type de transport utilisé.

75%

La probabilité que le meurtrier soit une meurtrière si l’histoire se déroule à la campagne

Deux formules ont même été mises en place pour modéliser leur raisonnement. En voici une, pour le moins complexe:

k: identité du tueur
l: type de langage utilisé à l'égard du tueur 
n: nombre de mentions par nouveau roman (au fil des années)
s: lieu de l'intrigue
m: homme
f: femme
(via The Guardian)

Vous avez désormais le choix quand vous ouvrez un livre d’Agatha Christie: vous ronger les ongles jusqu’au dénouement final, ou utiliser ces nouveaux éléments d'analyse pour coiffer au poteau Hercule Poirot. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte