Tech & internet / Santé

Les réseaux sociaux affectent la santé mentale des adolescents

Temps de lecture : 2 min

logo Facebook Bhupinder Nayyar via Flickr CC License by
logo Facebook Bhupinder Nayyar via Flickr CC License by

Il est difficile pour la génération Z et même la génération Y d’imaginer une vie sans Facebook, Snapchat, Instagram et Twitter. Pour en rester à la génération Z, c’est-à-dire aux adolescents, un sur quatre serait en ligne presque constamment selon une étude récente du Pew Research Center. Et l’essentiel de ce temps en ligne, les adolescents le passeraient sur les réseaux sociaux.

Les effets de cette pratique permanente sur la santé mentale des adolescents sont controversés. Mais une nouvelle étude scientifique publiée il y a quelques jours apporte des réponses plutôt inquiétantes sur le bien-être psychologique des personnes addictives aux réseaux sociaux.

L’étude a été menée au Canada par l’agence de santé de la ville d’Ottawa. Elle conclut «que les adolescents qui sont sur les réseaux sociaux deux heures ou plus par jour ont de façon significative plus de chances d’avoir une santé mentale fragile, d’être dans la détresse psychologique et d’avoir des pensées suicidaires».

L’étude a été menée auprès de 750 lycéens et étudiants. Si elle ne prouve pas directement la causalité entre la présence quotidienne de deux heures et plus sur les réseaux sociaux de 25% des jeunes interrogés et les risques «significativement» plus importants de troubles psychologiques, elle souligne le lien entre les deux comportements. Les adolescents qui ont des problèmes psychologiques sont plus susceptibles d’utiliser les réseaux sociaux qui en retour contribuent à créer ou alimenter ces difficultés.

«Les liens entre l’utilisation des réseaux sociaux et les problèmes de santé mentale sont complexes», explique le Docteur Hugues Sampasa-Kanyinga qui a dirigé l’étude. «La simple utilisation des réseaux sociaux ne peut pas expliquer totalement l’occurrence de problèmes psychologiques», ajoute-t-elle.

Alors faut-il interdire l’utilisation des réseaux sociaux aux adolescents fragiles?

Sans doute pas. «Les réseaux sociaux peuvent être une problème pour certains et aussi une solution», estime le docteur Brenda K. Wiederhold de l’Interactive Media Institute de San Diego en Californie. «Comme les adolescents sont sur ces sites, c’est l’endroit idéal pour ceux qui sont responsables de la santé publique pour atteindre et toucher cette population vulnérable». Cela signifie notamment que Facebook, Twitter, Snapchat ou Instagram doivent mettre en place des outils d’aide psychologique.

L’agence de santé de la ville d’Ottawa va plus loin et suggère que les parents doivent faire très attention aux comportement de leurs enfants adolescents et au fait que l’utilisation excessive des réseaux sociaux est un signe possible de problèmes psychologiques.

Newsletters

Influenceurs et transition écologique, une story compliquée

Influenceurs et transition écologique, une story compliquée

Il est essentiel qu'ils commencent à se positionner en faveur de modes de vie plus vertueux.

La canicule fait crasher le système informatique des hôpitaux londoniens

La canicule fait crasher le système informatique des hôpitaux londoniens

Les fortes chaleurs liées au réchauffement climatique ont provoqué une panne des systèmes informatiques des deux principaux hôpitaux londoniens, désorganisant complètement les services de soins.

Ukraine: comment les amateurs de drones participent à la bataille des airs

Ukraine: comment les amateurs de drones participent à la bataille des airs

Depuis le début de l'invasion russe, civils et militaires ukrainiens travaillent ensemble pour produire des drones avec les moyens du bord. Car qu'il surveille, bombarde ou saute à l'impact, l'engin drone change la donne sur le champ de bataille.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio