Monde

Des membres de la famille Ben Laden tués dans le crash de leur jet privé en Angleterre

Temps de lecture : 2 min

Des voitures de secours arrivent près du lieu du crash, à côté de l'aéroport de Blackbushe, le 31 juillet 2015. REUTERS/Luke MacGregor
Des voitures de secours arrivent près du lieu du crash, à côté de l'aéroport de Blackbushe, le 31 juillet 2015. REUTERS/Luke MacGregor

Un jet privé (Phenom 300) en provenance de Milan immatriculé en Arabie Saoudite s’est écrasé vendredi 31 juillet au sud de l’Angleterre peu après 15 heures, alors qu’il était en approche pour atterrir à l’aéroport de Blackbushe voisin.

Sur place, la police de l’Hampshire a annoncé qu’il y avait quatre occupants à bord dont le pilote, et qu’il n’y avait aucun survivant. Le crash suscite une large couverture médiatique en raison de l’identité de ses occupants: Sana Ben Laden et sa mère Rajaa Hashim, respectivement demi-sœur et belle-mère d’Oussama Ben Laden, ainsi que le mari de la sœur feraient partie des victimes, selon la chaîne télé al-Arabiya.

Bien que les victimes n’aient pas encore été identifiées, l’ambassadeur saoudien en Grande Bretagne a publiquement présenté ses condoléances à la famille Ben Laden sur twitter.

Le père d’Oussama Ben Laden avait été tué dans son avion en Arabie Saoudite en 1967, et un demi-frère du leader d’al-Qaida avait également péri dans un crash de son avion au Texas en 1988.

Slate.fr

Newsletters

Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook

Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook

Une stratégie loin d’être anodine avec les futures élections en 2020.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Victoire de Rafael Nadal à Roland-Garros, manifestations historiques à Hong Kong et début d'épidémie d'Ebola en Ouganda... La semaine du 8 juin en images.

Tout ce qu’un dessin de presse peut dire (et ne dira plus dans le New York Times)

Tout ce qu’un dessin de presse peut dire (et ne dira plus dans le New York Times)

Il permet de parler au plus grand nombre sans distinction: mais qui a peur de la liberté d'expression?

Newsletters