Partager cet article

Des millions de Chinois discutent quotidiennement de leur vie avec une intelligence artificielle

Grâce à elle, le scénario du film Her, dans lequel le personnage joué par Joachim Phoenix tombe amoureux d’une intelligence artificielle à voix féminine, passe de la fiction à la réalité. Elle, c’est Xiaoice (ou «Xiao Ice»), un système de messagerie de textes en ligne, qui a séduit 20 millions de Chinois enregistrés par le service selon le New York Times.

Ce programme lancé dans le pays par Microsoft s’inspire des discussions humaines échangées sur l’Internet chinois, afin de doter son «chatbot» ou robot de conversation d’une intelligence et d’un sens de l’à-propos lors des échanges qui la rendent réaliste. Le New York Times publie également un échange avec Xiaoice en chinois, et sa traduction en anglais.

Le site Venture Beat écrivait lors de son lancement que Xiaoice s’est fondée sur l’analyse de 7 millions de conversations publiques sur internet pour développer son propre art de la discussion. Xiaoice dispose ainsi d’une large base de données dans laquelle elle peut piocher et s'inspirer pour répondre à un interlocuteur, et elle utilise même les emojis pour ponctuer ses propos et véhiculer de l’émotion.

Lorsque l’utilisateur se connecte sur Xiaoice, le robot garde en mémoire les précédents échanges, en déduit l’humeur du moment et pose des questions qui font sens dans le contexte de la personne.

Le chatbot est accessible avec un smartphone sur les principaux réseaux sociaux populaires en Chine. La prochaine version devrait intégrer une voix pour se rapprocher de l’assistant vocal d’Apple, Siri.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte