Partager cet article

Pourquoi les gens se teignent les poils partout

REUTERS/Kim Kyung-Hoon

REUTERS/Kim Kyung-Hoon

Les aisselles, le pubis, la barbe...

Skella Borealis est modèle nu, et elle a teint ses poils pubiens en toutes les couleurs possibles et imaginables: vert pomme, prune, turquoise. Si vous lui demandez s'il y a un type de personnes à se teindre préférentiellement les poils du corps, elle vous répondra que ce sont les mêmes «qui ne portent pas de culotte sous leur jupe ou se mettent un plug anal pour faire leur déclaration d'impôts». («Est-ce que je peux dire ça?»).

Impossible de dire précisément combien de gens se teignent la toison corporelle, mais il y a déjà eu un article du New York Times sur les aisselles multicolores, et un Tumblr sur les pubis bariolés, donc la tendance doit forcément exister. Des femmes transforment leurs dessous de bras en nuancier Manic Panic. Des hommes sirène prennent toutes les couleurs de l'océan pour se teindre les cheveux et la barbe. Comment se fait-ce?

Un doigt d'honneur coloré

Danny Leclair –président de la chaîne américaine de salons de coiffure Studio DNA, propriétaire de leur boutique à Hollywood, de Doves Studio et de la Hair Art & Science Academy– estime que cette tendance, pour toute naissante qu'elle est, est un gros majeur dressé à la face des normes genrées. «Pendant très longtemps, le secteur de la beauté a poussé les femmes à être 'plus féminines' et les hommes à être 'plus masculins'», déclare Leclair. Mais aujourd'hui, pour les hommes «choisir quelque chose de trop criard ou de potentiellement trop féminisant n'est plus aussi stigmatisant qu'avant».

Selon Leclair, la popularité des barbes colorées ne va pas se démentir; dans son salon de Los Angeles, il en teint en moyenne une par semaine. Du côté des femmes qui ne s'épilent pas les poils des aisselles ni du pubis et qui préfèrent se les teindre, le message est clair:

«Si vous ne les aviez pas encore remarqués, maintenant vous allez les voir».

Cheveux et tatouages

Lucas Nault, propriétaire du salon éponyme à Ottawa, associe l'acceptabilité croissante des cheveux aux couleurs extravagantes à la démocratisation des tatouages. «Ces prochaines années, avec la poursuite de ce mouvement d'acceptation, nous allons sans doute en voir encore davantage». Pour le coup, il n'a pas des masses de clients venant teindre leur barbe, mais ceux qui le font reviennent toujours.

Pour Nault, tout a commencé avec son copain Miguel: «Au départ, on l'a fait pour se marrer. Il avait une barbe gigantesque qu'il ne voulait pas couper et on s'est dit 'pourquoi ne pas essayer un truc différent?'». La barbe a été teinte en vert et, depuis, Nault a ajouté d'autres cordes esthétiques à son arc, comme les rayures de zèbre.

C'est ironique, ils viennent pour se marrer, mais c'est tendance

Lucas Nault

«Ils peuvent la teindre en n'importe quelle couleur, c'est toujours une barbe. Vous avez toujours la masculinité, mais avec de la rigolade», explique Nault. Certains hommes arrivent au salon entre potes et la teinture fait partie intégrante d'un rituel de fraternisation virile. «Il se font tous faire une coupe mulet et teindre leur barbe. C'est ironique, ils viennent pour se marrer, mais c'est tendance».

Quid des hommes sirène qui se teignent la barbe en nuances aquatiques? «Qui n'a pas envie d'être une sirène», se demande Nault, «c'est génial, non?».

Libérer les aisselles

Question bouleversement des normes de genre, on pourrait se tourner vers Roxie Hunt, styliste capillaire et une des pionnières du mouvement de teinture des dessous de bras. Avec une amie, elle s'est teint les aisselles l'an dernier et en a fait un blog, remarqué par le L.A. Times et le Today Show, qui la qualifiera d'un pas si positif «zarbi».

«On a su en voyant les réactions qu'on avait touché une corde sensible, un truc important allant bien au-delà d'une simple question de poils», m'a expliqué Hunt dans un mail. «Nous avons écrit le manifeste Free Your Pits et lancé un mouvement visant à aider les femmes à faire de vrais choix conscients concernant leur corps, sans se soucier du jugement d'autrui».

Miley Cyrus est probablement la personne la plus célèbre à avoir arboré des dessous de bras rose bonbon, et je suppose qu'elle n'a pas eu à le faire toute seule, mais comme le souligne l'article du Times, les teinturiers d'aisselles anonymes sont légion. «Dans notre culture, nous avons été conditionnés par le marketing vendeur de rasoirs et autres accessoires anti-poils pour penser qu'en tant que femmes, nous sommes sales si nous ne sommes pas imberbes», écrit-elle. «Qui plus est, c'est rigolo d'avoir des aisselles fuchsia. Vous ne pouvez pas le nier. Tout est mieux en couleur».

Mais il y a des femmes dont les secrets peuvent faire honte à Victoria. Malgré la nature proprement clandestine de la teinture de poils pubiens, elle a quelque chose de tout à fait audacieux, vu l'abrupte et mystérieuse interdiction des poils féminins qu'ont pu connaître les grandes villes américaines dès le début des années 2000. (Plusieurs collaboratrices de Slate.com se sont souvenues d'un vieil article de Gawker particulièrement déstabilisant et qui disait «Nous sommes à New York en 2006, bordel, qui a encore des poils pubiens?», euh, comment dire...). Mais le vent a tourné. La même marque que Gawker snobait encore il y a dix ans, Betty Beauty, est devenue l'une des marques les plus célèbres pour cet ornement.

«La première fois que j'ai coloré ma toison féminine, personne ne se teignait encore les aisselles!», m'a écrit Borealis dans un mail. «Ça me plaît que les pervers du monde entier se soient donné le mot!» Elle a teint sa motte «de toutes les couleurs imaginables» depuis qu'elle a commencé à le faire, voici deux ans. L'idée lui est venue en envisageant le métier de modèle: quel meilleur moyen d'être inoubliable une fois nue?

Pour Borealis, un pubis multicolore est à la fois une baffe touffue donnée aux assignations genrées et une bonne grosse poilade. «C'est comme une private joke avec moi-même» dit-elle. «La grosse majorité des gens que je rencontre ne le saurons jamais, et ça me fait marrer».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte