Monde

Il existe une île où l’on vit en autarcie comme il y a 15.000 ans

Temps de lecture : 2 min

Vous n'irez jamais en vacances sur North Sentinel.

Capture d'écran d'un documentaire sur l'île North Sentinel par Documentary Channel
Capture d'écran d'un documentaire sur l'île North Sentinel par Documentary Channel

C'est une légende du Web qui revient à intervalles réguliers: il existe, dans l'océan Indien, une île sauvage à laquelle il est difficile d’accéder et, lorsqu’on y arrive, on en meurt. Et cette légende est vraie. Contrairement à ce que suggèrent les fausses publications de touristes sur sa page Google +, vous n'irez jamais en vacances sur North Sentinel.

Cette petite île de l'océan Indien, dont le Daily Mail et France TV info racontent l'histoire, est habitée par une tribu autochtone. Leur mode de vie n'a presque pas évolué depuis 60.000 ans. Et pour cause: les «Sentinelles» ont la réputation d'attaquer toutes les personnes qui tentent de débarquer sur leur île.

À LIRE AUSSI

La pire île du monde

Lire

Coups de lances et de flèches

Quelques équipes anthropologiques ont tenté de les approcher. Dans les années 1960, celle de Trilokinath Pandit, universitaire indien, a été reçue à coups de lances et de flèches. Ce n'est qu'au bout de plusieurs tentatives d'approches, très espacées, que la tribu se laisse finalement approcher en 1991 (ce documentaire offrent un aperçu de quelques images, vers 1h20).

C'est de ces expéditions que l'on tient le peu d'informations glanées sur les «Sentinelles» (ils survivent en se nourrissant de tortues et de poissons, sont de très bons tireurs à l'arc...) et qui montrent qu'ils vivent comme il y a 15.000 ans.

Et gare aux touristes qui débarqueraient à l'improviste sur leurs plages. En 2006, deux pêcheurs ont été tués par les autochtones après avoir jeté l'ancre.

Slate.fr

Newsletters

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

L’état d’urgence signé par Trump n’est qu’une nouvelle manifestation de son obsession pour un mur qui, loin de protéger les États-Unis, a pour fonction de sauver la peau présidentielle.

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Sans la peine de mort, Jésus n'aurait pas pu mourir pour racheter nos péchés.

Newsletters