Partager cet article

Comment mémoriser l'intégralité du dictionnaire d'une langue étrangère

«Miaou» est-il dans le dictionnaire? | Hermann Kaser via Flickr CC License by

«Miaou» est-il dans le dictionnaire? | Hermann Kaser via Flickr CC License by

Pour devenir champion de Scrabble, il existe quelques techniques.

Le Néozélandais Nigel Richards, qui ne parle pas français, vient de gagner le championnat du monde francophone de Scrabble. Dans le monde du Scrabble, Richards est considéré comme le meilleur joueur ayant jamais existé. Il a gagné le championnat du monde anglophone à trois reprises, le championnat national américain à cinq reprises et l'Open anglais à six reprises. Pour son dernier exploit en date, il a mémorisé l'intégralité du dictionnaire français du Scrabble en neuf semaines seulement.

Richards n'est pas la seule personne à avoir impressionné le monde entier grâce à sa mémoire exceptionnelle. Dave Farrow détient le record du monde de la meilleure mémoire. En 2007, il a passé environ quatorze heures à mémoriser une séquence aléatoire de 59 paquets de cartes (3.068 cartes individuelles), en observant chaque carte une seule fois. En 1981, Rajan Mahadevan a récité de mémoire les 31.811 premières décimales de Pi, un record battu en 1987 par Hideaki Tomoyori, avec 40.000 décimales.

Pour ceux d'entre nous qui peinent à se souvenir de ce qu'il s'est passé deux jours plus tôt, de telles capacités de mémoire sont vraiment remarquables. La question de savoir si ces personnes sont nées avec des mémoires exceptionnelles ou si elles les ont acquises à force d'entraînement fascine à la fois les scientifiques et le grand public depuis des siècles.

Le génie a un prix

De nombreux ouvrages ont été publiés dans les années 1980 et 1990 au sujet du génie et des performances exceptionnelles. Des recherches inédites ont été menées pour comparer les experts des échecs aux joueurs débutants.

Il est vite devenu évident que, même si certaines personnes sont capables de retenir une grande quantité d'information sans avoir l'air de fournir le moindre effort, leur mémoire n'est véritablement exceptionnelle que lorsqu'elle concerne leur domaine d'expertise. Dans une étude des années 1970, William Chase et Herbert Simon, de l'université de Carnegie Mellon, ont demandé à des champions d'échecs de se souvenir de la configuration des pièces sur un échiquier. Quand on leur montrait un échiquier avec une disposition classique de jeu, leur capacité à retrouver les positions des pions était bien supérieure à celle des novices. En revanche, quand ils ont été confrontés à des positions aléatoires, les joueurs de tous niveaux obtenaient sans distinction de très mauvais résultats.

Pour comprendre comment on pouvait acquérir une mémoire exceptionnelle, William Chase et K Anders Ericsson ont développé la «théorie de la mémoire experte», qui propose trois principes de base:

  1. Tout d'abord, les individus doivent se servir de connaissances et de «principe d'encodage».
  2. Ensuite, cette information encodée nécessite une «structure de récupération», c'est-à-dire un déclic, qu'il suffira de déclencher pour la récupérer dans la mémoire à long terme.
  3. Enfin, avec beaucoup d'entraînement, on peut devenir de plus en plus efficace dans son encodage et emmagasiner la même quantité d'informations en un temps réduit. C'est le principe «d'accélération».

 

Des techniques à essayer

Tout cela fait en fait référence à une stratégie mnémonique. Nous sommes tous capables d'utiliser de telles stratégies, même si certains d'entre nous possèdent des prédispositions. La méthode la plus ancienne et la plus commune est celle de loci («lieu» en latin). Dans cette méthode, le mnémoniste crée tout d'abord une série d'endroits, de pièces imaginaires (le principe d'encodage), avant d'y ranger ce dont il veut se souvenir. Ensuite, il ne lui reste plus qu'à passer de pièce en pièce dans un ordre prédéfini pour retrouver les informations (principe de structure de récupération).

Nous sommes tous capables d'utiliser des stratégies mnémoniques, même si certains d'entre nous possèdent des prédispositions

Plus l'endroit imaginaire est familier et détaillé, plus le mnémoniste pourra placer et récupérer des informations rapidement (principe d'accélération). De nombreuses méthodes mnémoniques comme celle de loci font également appel à la visualisation. Par exemple, des séquences numériques peuvent être associées à des mots. Si 59 est «lèvre» et que 47 est «pierre», alors 5947 peut être visualisé par une image interactive de «lèvres en train d'embrasser une pierre». D'autres techniques mnémoniques utilisent un système basé sur les chiffres et les consonnes, ou s'inspirent de la langue japonaise et s'appuient sur la conversion de chiffres en syllabes qui forment ensuite des mots.

Richards est un personnage quelque peu solitaire; on peut difficilement affirmer quelles techniques il a utilisées. En revanche, il est fort probable qu'il maîtrise parfaitement les stratégies mnémoniques, en plus d'être exceptionnellement doué pour les mathématiques du Scrabble. Lui et une poignée d'autres individus sont capables d'utiliser les stratégies mnémoniques au-delà de notre sphère de compréhension. En revanche, pour ce qui est de savoir si ses capacités sont dues à un entraînement intensif ou une mémoire exceptionnelle innée, les recherches scientifiques n'ont toujours pas trouvé d'explication.

The Conversation

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte