Partager cet article

Avoir un enfant rend plus sexiste

Little Hand | Chris McBrien via Flickr CC License by

Little Hand | Chris McBrien via Flickr CC License by

Lorsqu’ils deviennent pères, les hommes ont tendance à prôner des comportements plus traditionnels et stéréotypés. Et les femmes sont d'accord avec eux.

Quand le premier enfant vient à naître, les valeurs traditionnelles reviennent au galop. Et pour les hommes, cela va de pair avec un certain sexisme.

Une étude menée sur 1.800 nouveaux parents montre que beaucoup de pères adoptent à ce moment-là un comportement plus «stéréotypé», notamment sur la répartition des tâches ménagères ou la garde des enfants.

Dans cette étude australienne, les sujets, hommes et femmes, devaient donner leur opinion sur une série de question concernant la parentalité avant et après la naissance de leur premier enfant. Et, après l'arrivée du bébé, les hommes ont tout à coup moins tendance à penser qu'ils devraient autant s'occuper des enfants et des tâches ménagères que les femmes. De même, ils ont plus tendance à être d'accord avec le fait qu'une femme qui travaille peut moins établir de lien avec son enfant qu'une femme qui resterait à la maison.

Garde des enfants

L'étude montre que les femmes n'échappent pas à cette tendance et soutiennent plus fortement l'idée que le rôle d'une femme est d'être une mère, qu'elles devraient uniquement travailler si l'argent vient à manquer et que les jeunes enfants ne devraient pas être gardés (par la nounou, la crèche...) pendant une longue période.

Mais visiblement elles sont tiraillées par quelques contradictions: elles sont encore plus convaincues qu'elles peuvent être d'aussi bonnes mères en ayant un travail et ne pensent pas que les femmes qui travaillent se soucient plus de leur carrière que de leurs enfants.

Même si l'expérience a été conduite en Australie, les résultats restent valables pour la France, explique la scientifique Janeen Baxter, de l'Université du Queensland, qui dirigeait l'étude:

«Des données d'autres pays suggèrent que la plupart des sociétés occidentales révéleraient les mêmes résultats. [...] Dans certains sociétés, particulièrement non occidentales, la garde des enfants est plus équitablement répartie, pas seulement entre hommes et femmes mais à travers les communautés.»

La paternité n'est pas encouragée, au contraire de la construction sociale traditionnelle

Pour le professeur Baxter, c'est la manière dont sont organisés le travail, les congés parentaux ou l'école qui créent des obsctacles structurels. La paternité n'est pas encouragée, au contraire de la construction sociale traditionnelle, celle qui favorise le rôle de la mère:

«Que vous soyez un homme ou une femme, vous devez être très déterminés, et avoir une forte confiance en vous, si vous voulez dépasser des modèles encore si puissants.»

Sinon vous pouvez toujours émigrer dans une société matrilinéaire, comme à Mawlynnong, en Inde, où les femmes jouent un rôle central.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte