Partager cet article

Twitter va vous empêcher de voler les blagues des autres

Twitter vous surveille, attention aux blagues que vous postez | REUTERS/Dado Ruvic

Twitter vous surveille, attention aux blagues que vous postez | REUTERS/Dado Ruvic

Osez plagier, et l'auteur du tweet original pourra demander à vous bloquer.

Tremblez, comptes pseudo-humoristiques aux milliers d’abonnés Twitter. Votre fond de commerce, le copier-coller de blagues à potentiel viral, ne marchera plus très longtemps. Le réseau social américain vient en effet de décider de supprimer les tweets plagiés.

The Verge explique que plusieurs messages initialement postés sur le réseau social ont été bloqués car ils ne respectaient pas les droits d’auteurs mis en place sur le site. Le compte @PlagiarismBad a d’abord remarqué que les utilisateurs ayant copié une blague de @runolgarun ont vu leur plagiat remplacé par ce message:

«Ce tweet de @utilisateurtwitter a été bloqué en réponse à une requête de l’ayant droit.»

«Vu quelqu’un cracher son jus haut de gamme et nettoyer avec tout le trottoir, maintenant je sais que Dieu est de mon côté.»

Et effectivement, tous les tweets signalés sont censurés, comme le montre la timeline de ce compte, avec un lien redirigeant vers la page Twitter sur les droits d’auteur:

Propriété intellectuelle

Selon The Verge, la jeune femme à l’origine de ce tweet, une auteure freelance de Los Angeles, a bien déposé une requête auprès de Twitter pour supprimer les copies de sa blague. Sur son compte, maintenant bloqué, elle expliquait:

«J’ai simplement expliqué à Twitter qu’en tant qu’auteure freelance je vis en écrivant des blagues (et j’utilise certains de mes tweets pour tester des blagues dans mes autres écrits). J’ai ensuite expliqué que, cela étant, ces blagues sont ma propriété intellectuelle et que les utilisateurs en question n’ont pas ma permission pour les reposter sans me créditer.»

Elle a aussi ajouté qu’elle avait déjà formulé des requêtes similaires par le passé car, il faut bien le dire, le phénomène est quotidien. Un tweet posté par @iamchrisscott en mai 2014 a ainsi été retweeté des dizaines de milliers de fois, devenant un phénomène viral qui lui vaudra même des accusations de plagiat (à tort). Tandis que d'autres comptes ne se gênaient pas pour copier-coller la plaisanterie. 

«Tiens, salut Becky, toi qui as refusé de m’embrasser en 6e au jeu de la bouteille et maintenant veux jouer à FarmVille. Les rôles se sont inversés.»

Vol de blagues

Maintenant que l’on sait que ce genre de requête est possible, la sanction pourrait bientôt sévir en France, et à juste titre. Les comptes humoristico-adolescents sont nombreux sur Twitter et passent une bonne partie de leur temps à reprendre les blagues des uns et des autres. Exemple assez simple, cette «blague» a été reprise des centaines de fois depuis un an:

 

D’après une rapide recherche Twitter, il semblerait que le compte @Bad_Bad_Bad_Lif ait posté ce message (du moins sur Twitter), avec un seul retweet à la clef. Pas de chance, le lendemain, un autre compte publie la même blague, mot pour mot, cette fois avec près de 6.000 retweets.

Bien sûr, il s’agit la plupart du temps de blagues assez peu drôles, voire carrément nulles. Il n’empêche, l’application de droits d’auteurs apparaît comme une bonne nouvelle, que ce soit pour protéger les auteurs ou freiner les aspirateurs à retweets. Le site avait déjà mis en place le système de citation pour réduire le nombre de copier-coller ne mentionnant pas l'auteur original. Mais, comme le souligne le site NewtInpact, Twitter devra aller plus loin pour protéger le vols de contenus tels que les photos ou les vidéos.  «Certes, cela n'empêchera toujours pas la reprise par des utilisateurs malveillants, mais cela permettra déjà d'améliorer les choses dans la plupart des cas», explique le site.

En attendant, en cas de vol de vos blagues, vous pouvez le signaler sur cette page. Twitter, et l'humour en général, vous remercient par avance. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte