Partager cet article

Pourquoi tous les mèmes utilisent la même police

Mème du personnage Fry de «Futurama»: «Not sure if...»

Mème du personnage Fry de «Futurama»: «Not sure if...»

L'histoire de la police Impact remonte à 1965.

Si vous avez passé un peu (beaucoup trop) de temps sur Internet, vous n'avez pas pu échapper aux mèmes. Ces images virales, sortes de private joke du Web, se propagent en masse, montrant le plus souvent une photo humoristique, légendée de quelques mots en gros caractères blancs.

Cette police est toujours la même. Elle est d'ailleurs devenue le langage officiel des rois du Web, les chats:

C'est elle aussi qui diffuse les messages des mèmes les plus déclinés, comme le First World Problem, qui décrit les frustrations vécues par les personnes privilégiées:

Ou encore les interrogations du Philosoraptor et les succès du Success Kid

Les mèmes semblent puiser leur force dans la police Impact

Qu'ils fassent partie des plus repris ou de ceux qui connaissent une soudaine popularité mondiale avant de disparaître quelques jours après, les mèmes semblent puiser leur force dans ce même point commun: la police Impact.

Une police née en 1965

Si elle incarne aujourd'hui la quintessence de la culture web et du LOL Cat, Impact est pourtant née bien avant leur apparition, en 1965. C'est l'Anglais Geoffrey Lee qui l'imagine, avant de la vendre et de la faire publier par Stephenson Blake, entreprise britannique de fonderie typographique.

En 2004, il a décrit sur le forum Typophile comment il a conçu sa police, en utilisant du métal taillé à la main pour créer chaque lettre. Les premières publicités de Stephenson Blake montrent que, dès le début, Impact était connue pour sa lisibilité, en particulier sur les photos. Ses lettres épaisses étaient faciles à lire, même sans contour noir. Cette image d'une brochure de l'époque ressemble presque à un mème d'aujourd'hui:

Brochure originale, publiée sur Vox.com

Mais il a fallu plus qu'un bon design pour faire d'Impact la police par défaut des mèmes du Web. 

Règne numérique

Quand Geoffrey Lee l'a inventée au milieu des années 1960, il ne pouvait pas anticiper que sa police allait devenir ce géant numérique. Tout s'est joué au moment du déclin de la composition en plomb, à l'aube de l'ère informatique.

La fonderie Stephenson Blake a senti le vent tourner et s'est spécialisée dans un autre secteur que la typographie. Elle a distribué les droits de ses différentes polices à ses concurrents. Et Impact a fini entre les mains de Monotype. Monotype qui a, à son tour, vendu certaines de ses polices à... Microsoft.

L'avenir d'Impact a été définitivement scellé lors d'une décision de 1996: Microsoft l'a incluse dans ses «Core fonts for the Web», des polices distribuées gratuitement pour qu'elles puissent être utilisées sur Internet.

L'avenir d'Impact a été scellé lors d'une décision de 1996: Microsoft l'a incluse dans ses «Core fonts for the Web»

La police a ensuite été distribuée avec Microsoft Windows depuis Windows 98. Elle a, à ce moment-là encore quelques concurrents, comme Arial Black et le si décrié Comic Sans, eux aussi très lisibles lorsqu'ils sont superposés à des images.

Existant sur des millions d'ordinateurs et standardisée à travers le Web, Impact a tous les atouts pour devenir la police des mèmes. La consécration est arrivée aux alentours de 2005, avec la vague des LOL Cat, popularisée par le forum 4chan et le blog «I can has a cheezburger». Ces toutes premières images de chats conçus par des anonymes arboraient la police Impact. Le phénomène était lancé...

Jusqu'ici aucune police n'est parvenue à détrôner Impact, dont l'usage s'est d'autant plus démocratisé depuis que les internautes créent leurs propres mèmes avec des outils en ligne (proposant par défauts la police Impact) et non plus Paint ou Photoshop. Impact est elle-même devenue un mème, une idée virale très difficile à supprimer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte