Partager cet article

Coupe du monde 2018: voici le meilleur scénario possible pour l’équipe de France (et le pire)

Des supporters angoissés, le 4 juillet 2014, lors de la Coupe du Monde au Brésil. La France perdait 1-0 contre l'Allemagne. REUTERS/Robert Pratta

Des supporters angoissés, le 4 juillet 2014, lors de la Coupe du Monde au Brésil. La France perdait 1-0 contre l'Allemagne. REUTERS/Robert Pratta

N’étant pas tête de série pour la phase éliminatoire, les Bleus s’attendent à un «groupe de la mort». Mais on peut toujours miser sur un coup de chance inattendu.

Ce samedi 25 juillet, à Moscou, capitale du pays hôte de la prochaine Coupe du monde, la FIFA va tirer au sort les groupes des éliminatoires de l'édition 2018 et donner des sueurs froides aux 52 équipes européennes présélectionnées. Parmi elles, les Bleus de Didier Deschamps auront sûrement un peu plus de mal à contenir leur stress que les autres.

On savait déjà que la France serait une nouvelle fois exclue des têtes de série, étant donné son classement FIFA (22e). Mais malgré les demandes de l'UEFA, elle se trouve dans le chapeau numéro 2, aux côtés de pays comme l’Italie, la Suisse, le Danemark ou la République Tchèque. Ce qui veut dire qu’elle pourrait affronter quelques-unes des meilleures équipes du monde (Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Belgique), placées dans le chapeau numéro 1. Il y aura sept groupes composés de six équipes et deux groupes de cinq équipes.

Composition des différents chapeaux pour le tirage au sort.

 

Une fois les premiers de chaque groupe qualifiés, les huit meilleurs seconds, tous groupes confondus, s’affronteront ensuite par deux, là encore par tirage au sort. Mais pas d'inquiétude si la France tombe dans l'une des deux poules de 5. Le classement des meilleurs deuxièmes ne prend «en compte que les résultats des deuxièmes de groupe contre les premier, troisième, quatrième et cinquième de leur groupe», résumait Wikipédia lors de la dernière campagne de qualifications.

Pour autant, faut-il désespérer? Ne peut-on pas espérer un tirage miraculeux? Après tout, d’un point de vue statistique, un groupe abordable est tout aussi envisageable qu’un «groupe de la mort». Lors de la dernière Coupe au Brésil, les Bleus avaient eu de la chance au tirage: ils avaient évité les plus grosses équipes et affrontaient le Honduras, la Suisse et l’Equateur. Nous avons donc tenté d’imaginer le meilleur scénario possible pour cette phase de qualification.

Le pays de Galles plutôt que la Croatie

Avant la France, regardons les équipes choisies comme têtes de série et leur classement FIFA: l’Allemagne (2e), la Belgique (3e), les Pays-Bas (5e), le Portugal (7e), la Roumanie (8e), l’Angleterre (9e), le pays de Galles (10e), l’Espagne (12e), et la Croatie (14e). Si on s’en tient au classement, on pourrait dire que la France aimerait tomber sur la Croatie. Mais si l’on regarde les derniers résultats de ces équipes, et quand on connaît les déplacements pièges dans les Balkans, on réalise assez vite que la France ferait bien d’affronter le pays de Galle. Comme l'explique l'AFP, «le meilleur tirage pour la France et l'Italie dans le pot 1 serait assurément le pays de Galles de Gareth Bale, en tête certes de son groupe de qualifications mais au palmarès vierge.»

Ensuite, dans le chapeau trois, la Hongrie (classée 31e), contre qui la France n'a plus perdu depuis 1976, nous paraît être le meilleur adversaire pour les Bleus.

Dans le quatrième chapeau, les Iles Féroé (74e) apparaissent comme un concurrent idéal, car ils ont souvent réussi à la France. En six rencontres, les Français se sont imposés à six reprises –et à l'exception d'un déplacement compliqué en août 2009– et toujours par au moins deux buts d'écart. Lors de la dernière confrontation entre les deux équipes en octobre 2009, pour les qualifications à la Coupe du monde 2010, ils avaient gagné 5 à 0.

 

Même chose pour l’Azerbaïdjan (108e), placé dans le chapeau numéro cinq. C'est face à cette sélection que les Français ont réalisé leur plus large victoire. C'était en 1995, et ils s'étaient imposés sur le score de 10 à 0. Les deux équipes ne se sont plus afrontées depuis.

Enfin, dernier adversaire de la France dans ce scénario idyllique, Andorre. La principauté est la moins bien classée parmi les membres de l’UEFA, et la 202e équipe sur un total de 209. Là encore, la France est invaincue, mais elle devra toujours faire attention. En 1999, ils avaient souffert lors de leur déplacement et s'étaient difficilement imposés (1-0).

Ce scénario idéal est cependant peu probable. Si l'on prend simplement en compte la possibilité qu'elle finisse dans un groupe de 6 (7 chances sur 9), la France n'a alors qu'une chance sur 45.927 de tomber sur ce groupe idéal.

Une chance sur 45.927 combinaisons possibles

Mais la probabilité d’atterrir dans le groupe de la mort est la même. Pour Slate.fr, les bêtes noirs sont l’Allemagne, championne du monde en titre, l’Ukraine qui doit encore se souvenir de ce soir de novembre 2013 où Sakho et les Français les ont privés d'une qualification pour la Coupe du monde au Brésil ou l'Albanie qui l'a récemment battue. On pourrait aussi retrouver la Turquie, qui n'est plus l'équipe qui a fini troisième au Mondial 2002, mais qui espère pouvoir participer à une phase finale de Coupe du monde qui lui échappe depuis. Il y a également la Finlande, où la France ne s'était imposée que d'un but lors des derniers éliminatoires pour le Coupe du monde.

 

Et puis elle pourrait également devoir affronter la Géorgie qui lui avait posé de nombreux problèmes, à Tbilissi, lors de la dernière campagne éliminatoire pour la Coupe du monde. Les deux équipes s'étaient alors quittées sur un score nul et vierge.

Bien évidemment, l’issue d’un match ne peut être prévue. Et que le tirage soit parfait ou cauchemardesque, les Bleus ne sont pas à l’abri ni de l’accident, ni de l’exploit. Si la France parvient à se qualifier, que ce soit directement ou grâce aux barrages, elle devra alors affronter un nouveau tirage au sort pour la Coupe du monde. Et là, les adversaires seront encore plus coriaces.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte