Culture / Monde

Un imam turc appelle à tuer les combattants de Daech

Temps de lecture : 2 min

Connu pour ses prêches télévisées et sa dédiabolisation du sexe, Ahmet Mahmut Unlu décrète une licence religieuse pour tuer les membres de l’État islamique.

 L’imam turc Ahmet Mahmut Unlu (au milieu, en vert), qui a appelé les fidèles musulmans à tuer les djihadistes membres de Daech | Capture d’écran Twitter

«Les chiens de l’enfer», «des barbares non musulmans» qui font un «pseudo-djihad», c’est comme ça que l’imam turc Ahmet Mahmut Unlu décrit les membres de Daech.

Il a fait paraître hier une tribune dans le journal islamique Daily Vahdet, dans laquelle il appelle clairement à tuer les combattants de l’État islamique. Il utilise d’ailleurs une rhétorique empruntée à Daech, qu’il retourne contre l’État autoproclamé:

«Ceux qui les tueront seront récompensés et ceux qui sont tués par eux sont des martyrs.»

Atypique

Unlu est sous protection policière depuis que l’État islamique l’a ouvertement menacé en février dernier. Et pour cause, l’imam est connu pour ses discours souvent piquants et son sens de l’humour.

Ce mois-ci, il étonne en professant des paroles très apaisées et conciliantes envers les rapports sexuels oraux, disant qu’il n’est précisé nul part dans le Coran que ces pratiques sont «haram», c'est-à-dire «interdites par Dieu».

Atypique, bien qu'ayant une interprétation très stricte de l’islam, il a par le passé inspiré toute une série de mèmes.

Newsletters

(Re)lire Proust à l'heure du coronavirus

(Re)lire Proust à l'heure du coronavirus

Il n'y a jamais eu meilleur moment pour lire les 4.000 pages écrites par le plus extraordinaire des auteurs confinés.

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 2

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 2

Love, grand méchant et marathon, découvrez la sélection hebdomadaire des membres de notre groupe Facebook.

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

[TRIBUNE] Comme tes films légers se sont transformés en projets ambitieux, ça coince. Tu réalises un téléfilm sur un sujet féminin, sans politique ni métaphysique, c'est ce qu'on attend de toi.

Newsletters