Partager cet article

Comment les trafiquants russes blanchissent leur argent à Londres

Westminster à Londres | Hernán Piñera via Flickr CC License by

Westminster à Londres | Hernán Piñera via Flickr CC License by

Un reportage britannique nous plonge au cœur du système de blanchiment d’argent londonien et impulse une campagne internationale pour réformer le marché immobilier au Royaume-Uni.

Le reportage From Russia With Cash, diffusé le 8 juillet 2015 sur Channel 4, montre en caméra cachée comment les agents immobiliers londoniens aident les pires trafiquants de la planète à blanchir leur argent en investissant dans les plus grandes propriétés londoniennes.

Tout au long de l’émission, on suit une équipe de reporters qui se font passer pour de riches étrangers à la recherche d’un grand appartement londonien. Roman Borisovich, militant russe anti-corruption, dirige l’infiltration en se faisant passer pour «Boris», haut-placé au sein de ministère de la Santé russe. Il est accompagné par la reporter d’investigation ukrainienne Natalie Sedletska, qui joue sa maîtresse «Nastya».

Ils visitent ainsi cinq appartements dont les prix varient entre 3 à 15 millions de livres sterling (entre 4,2 et 21 millions d’euros), et rencontrent en caméra cachée une série d’agents immobiliers des cinq plus grandes agences londoniennes. À chaque appartement, Nastya tombe sous le charme, poussant Boris à prendre l’agent à part. Il explique qu’il va payer avec de l’argent dérobé dans les caisses de l’État russe et que personne à Moscou ne doit avoir connaissance de l’achat.

«Pas besoin de préciser, l’argent pour cet appartement a été retiré du budget du gouvernement. La discrétion doit être la priorité absolue.»

À chaque fois, cela ne semble poser aucun problème aux agents immobiliers, qui peuvent toucher entre 65.000 et 320.000 livres sterling de commission sur la vente (soit 92.000 à 452.000 euros). Certains poussent même Boris vers des cabinets d’avocats spécialisés pour cacher l’identité de l’acheteur, et ainsi éviter toute trace d’illégalité. En théorie, les agents immobiliers doivent rapporter toute suspicion d’activité immobilière frauduleuse à l’Agence nationale du crime.

Une campagne internationale qui prend de l’ampleur

Beaucoup de militants russes ont apporté leur soutien pour lutter par ricochet contre la corruption de leur pays

Cette technique fait de Londres la capitale mondiale du blanchiment d’argent. Des trafiquants de toute la planète viennent investir pour blanchir leur argent sale, notamment du Mexique et des anciens pays du bloc soviétique.

«Avec au moins 57 millions de livres blanchis à Londres par an –soit 3,6% du PIB (britannique)–, les vieilles briques victoriennes sont devenus le plus grande réserve de devises de la corruption mondiale», souligne Ben Judah, l’un des journalistes à l’origine du reportage, à RuNet Echo.

Le reportage fut largement repris sur les réseaux sociaux et permit la mise en place d’une grande campagne derrière le hashtag #FromRussiaWithCash. Certains députés ont réagi en déposant une «Early Day Motion» (signée par trente «MPs») appelant à réformer le marché de l’immobilier britannique et censée attirer l’attention de l’ensemble de la classe politique sur le sujet.

Beaucoup de militants russes ont apporté leur soutien pour lutter par ricochet contre la corruption de leur pays. L’opposant politique Alexey Navalny a publié sur Twitter la photo de plusieurs résidences londoniennes acquises anonymement. «Avoir une icône de l’opposition russe qui tweete aux parlementaires britanniques est un outil extrêmement efficace», souligne Ben Judah.

Avec les organisations Global Witness et Transparency International –cette dernière avait d’ailleurs publié un rapport accablant sur les méthodes de blanchiment londoniennes en mars–, l’équipe du film vient d’envoyer une série de propositions de réformes à David Cameron.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte