Partager cet article

Votre ADN, s’il est mutant, peut valoir des milliards

Wolverine, personnage mutant des X-Men | JD Hancock via Flickr CC License by

Wolverine, personnage mutant des X-Men | JD Hancock via Flickr CC License by

Les sociétés pharmaceutiques exploitent les mutations génétiques rares et bénéfiques pour inventer de nouveaux médicaments.

Le génome humain compte six milliards de molécules, chacune porteuse de l'information génétique. Une seule erreur de copie, et un enfant peut naître avec une mutation génétique. Certaines mutations n'ont aucun effet. Mais d'autres peuvent avoir un impact considérable.

Steven Pete, comme le raconte Bloomberg Business, peut mettre sa main sur une poêle brûlante ou sur un morceau de glace sans ressentir la moindre douleur. Seules quelques dizaines de personnes dans le monde partagent cette même analgésie congénitale. Une rareté qui représente une richesse pour les compagnies pharmaceutiques. Celles-ci gardent aussi un œil sur Timothy Dreyer, 25 ans, dont le squelette est si dense qu'il peut se sortir indemne d'accidents qui auraient dû lui briser les os.

Une industrie en pleine expansion

Les superpouvoirs de ces deux mutants génétiques intéressent grandement Amgen, Genentech, ainsi que toute autre société du secteur des biotechnologies qui se consacre à la recherche de nouveaux médicaments, une industrie en pleine expansion et très lucrative. En France, le secteur de la biotechnologie représente 2,8 milliards de chiffre d'affaires en 2014 et aux États-Unis 46,2 milliards, d'après les chiffres du Comité des entreprises du médicament.

Des recherches sur l'insensibilité de Steven pourraient permettre de mettre au point des médicaments contre la douleur plus perfectionnés. De même, si les chercheurs pouvaient imiter les effets de la mutation de Timothy, ils pourraient favoriser la pousse des os des malades souffrant d'ostéoporose, dont le squelette est très fragile.

Un médicament anti-douleur super efficace

C'est d'ailleurs ce qu'a fait Amgen. Ses scientifiques ont déterminé que, si Thimoty avait des os si denses, c'est qu'il lui manquait la protéine qui agit comme un frein sur la croissance osseuse. En trois ans et demi, ils ont créé et identifié les meilleurs anticorps à même d'inhiber cette protéine.

Cette découverte pourrait mener à la création d'une nouvelle sorte d'anti-douleur, aussi puissant que la morphine mais sans provoquer d'addiction

Le médicament est encore en phase de test mais, s'il fonctionne comme prévu, ses ventes pourraient rapporter à Amgen entre 1 et 2 milliards par an, indique l'analyste financier Eric Schmidt.

De son côté, Xenon pharma, petite société canadienne, traque depuis une dizaine d'années le gène responsable de l'absence de douleur en étudiant une famille qui présente cette caractéristique. Et elle l'a finalement trouvé, ce qui a beaucoup intéressé la société Genentech. Si les essais cliniques sont concluants, cette découverte pourrait mener à la création d'une nouvelle sorte d'anti-douleur, plus efficace que l'ibuprofène, aussi puissant que la morphine mais sans provoquer d'addiction.

Pour 99 dollars, donnez votre ADN à Genentech

Pour accélérer leurs recherches, les fabricants de médicament n'hésitent pas à mettre la main sur des bases de données génétiques bien plus larges. En 2012, Amgen a par exemple racheté une société de biotechnologie islandaise, DeCODE Genetics, qui a eu accès à l'ensemble de l'information génétique de la population du pays. 

La société Genentech, elle, s'est associée avec la star-up de la Silicon Valley 23andMe, qui propose à ses clients, pour 99 dollars, d'en savoir plus sur leur ADN et leur famille. Et dans 80% des cas, ces clients en question ont accepté que leurs données soient utilisées pour la recherche.

En aidant la recherche, des mutants génétiques comme Timothy et Steven représentent un espoir de guérison pour une partie de l'humanité. Mais pour leur cas personnel, il y a peu d'espoir de trouver un traitement. À force d'accidents qu'il n'a pas sentis, le corps de Steven est sérieusement endommagé. Et la croissance excessive des os de Pete exerce une pression extrême sur les nerfs de son crâne et sur son cerveau. Mais leurs mutations sont trop rares, concernent trop peu de personnes, pour intéresser les investisseurs des industries pharmaceutiques à mener des recherches pour les guérir.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte