Sports

Diouf visé par la «présidence à l'africaine»?

Slate.fr, mis à jour le 17.09.2009 à 11 h 07

Pape Diouf, REUTERS/Stringer France

Pape Diouf, REUTERS/Stringer France

Lors d'un discours devant les employés de l'Olympique de Marseille mercredi 9 septembre, le nouveau président du club Jean-Claude Dassier a affirmé qu'il ne voulait être  un président «ni à la libanaise, ni à l'africaine». Des propos qu'il a lui-même reconnus par la suite comme maladroits, mais le mal était fait. Son prédécesseur Pape Diouf, premier président Africain d'un club professionnel français, s'est senti visé et s'est dit «heurté».

Interrogé mercredi 16 septembre, Jean-Claude Dassier s'est expliqué, rapporte LibéMarseille: «J'ai évoqué des techniques de gouvernement, pour dire précisément que je ne souhaitais pas les appliquer.»

"A la libanaise", cela signifie un mode de gouvernement où tout le monde est là, ou chacun s'arrange, et où il ne se décide rien, une sorte de ventre mou de la gouvernance, explique Dassier. La technique de gouvernance "à l'africaine" s'appuie sur un seul homme, qui décide de tout, non démocratique.

«Lorsque j'ai été mis au courant des propos de Jean-Claude Dassier, a réagi Pape Diouf, j'ai d'abord été très surpris. Ils sont pour le moins ambigus et douteux et viennent après certaines piques lancées de manière discourtoise. Ses paroles n'avaient pas lieu d'être, je suis profondément heurté.»

[Lire l'article complet sur libemarseille.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Pape Diouf, REUTERS/Stringer France

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte