Partager cet article

Angela Merkel fait la réclame d'un magazine lesbien à son insu

Serait-ce la chancelière allemande que l’on aperçoit dans les bras de cette jeune femme? | Capture d’écran de la  vidéo publicitaire du magazine Straight postée sur Twitter

Serait-ce la chancelière allemande que l’on aperçoit dans les bras de cette jeune femme? | Capture d’écran de la vidéo publicitaire du magazine Straight postée sur Twitter

Straight, nouveau magazine lesbien allemand, dont le premier numéro sort ce mercredi 22 juillet, a utilisé l’image de la chancelière dans un spot publicitaire.

Une porte s'ouvre et on découvre la chancelière allemande se tenant de dos, près d'une fenêtre. Elle est en train de consulter son smartphone. En fond sonore, la voix d'une présentatrice annonce que le mariage homosexuel a été «adopté à 62% avec une nette majorité». Alors qu'Angela Merkel semble désaprouver la nouvelle, faisant nerveusement non de la tête, une jeune femme entre dans la pièce et la prend dans ses bras pour la réconforter, puis l'embrasse sur la nuque, tandis que la voix d'un présentateur annonce qu'il s'agit d'un «tournant historique».

Derrière ce spot publicitaire plutôt osé, un nouveau magazine lesbien allemand, Straight, dont le premier numéro sort ce mercredi 22 juillet. Le rôle principal a été confié à une actrice qui, filmée de profil, ressemble à s'y méprendre à la chancelière allemande.

Postée la semaine dernière sur le compte Twitter de la rédaction du magazine, et accompagnée du commentaire grinçant «Toute l'Europe déteste Merkel? Oui, sauf cette femme...», la vidéo a largement été relayée par la presse allemande, qui s'amuse de ce détournement. Le quotidien Berliner Zeitung la qualifie de «provocation réussie», Angela Merkel restant fermement opposée au mariage homosexuel, bien que le débat autour de l'ouverture du mariage aux couples de même sexe ait repris de la vigueur en Allemagne depuis son adoption en Irlande au mois de mai. Une deuxième vidéo pousse d'ailleurs la plaisanterie plus loin en montrant la chancelière au lit, en train de se rhabiller.

Image détournée

Ce n'est pas la première fois que l'image de la chancelière allemande est détournée à des fins publicitaires, souligne le quotidien Die Welt. Angela Merkel s'est ainsi déjà retrouvée à plusieurs reprises sur les publicités de l'agence de location de véhicules Sixt.

La première fois, c'était en 2001, quatre ans avant qu'elle ne devienne chancelière: à gauche, une photo la montrait avec sa coiffure de l'époque, un carré avec la frange, en-dessous de laquelle on pouvait lire: «Envie d'une nouvelle coiffure?»; à droite, cheveux au vent, avec pour légende: «Louez une décapotable.» Interrogée par la presse au sujet de cette campagne, Angela Merkel avait réagi avec humour, déclarant que Sixt pourrait l'«inviter un jour à une balade en décapotable» pour la dédommager.

Angela Merkel s'est déjà retrouvée à plusieurs reprises sur les publicités de l'agence de location de véhicules Sixt

En 2013, l'agence vantait les charmes de ses SUV proposés à la location avec un photomontage montrant Angela Merkel appuyée contre le véhicule, et pour slogan: «Pour tous ceux qui veulent découvrir #Neuland». Un clin d'œil à une remarque de la chancelière, qui avait qualifié Internet de «nouveau monde» lors d'une visite officielle de Barack Obama. Cette déclaration avait provoqué la risée des internautes sur Twitter, devenant un mème, comme nous le rapportions à l'époque.

Angela Merkel a également fait à son insu la réclame de la marque de sous-vêtements Bruno Banani en 2009, en compagnie d'autres responsables politiques, ou en 2014 pour le service de livraison de nourriture Lieferheld, qui, en prenant pour prétexte son accident de ski, lui souhaitait un «bon rétablissement, Mutti».

Sens de l’humour

Jusqu'à présent, la chancelière n'a jamais porté plainte pour ces détournements peu flatteurs, évitant certainement ainsi un effet Streisand. En 1999, l'ex-président du SPD Oskar Lafontaine avait porté plainte contre Sixt après que l'agence de location avait utilisé son image dans une de ses publicités, réclamant 100.000 euros de dommages et intérêts. Au bout de sept ans de procédure judiciaire, sa plainte avait été rejetée. La rédaction du magazine Straight n'a donc pas à craindre que la chancelière porte plainte pour atteinte au droit à l'image. Interviewée par le Berliner Zeitung, la rédactrice en chef, Felicia Mutterer, compte sur son sens de l'humour:

«Nous espérons qu'elle peut en rire. Et que nous pouvons provoquer une réflexion, étant donné que la majorité des Allemands ont un autre avis que le gouvernement fédéral à ce sujet.»

D'après les résultats d'un sondage rapporté la semaine dernière par le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, 49% sont pour l'adoption du mariage homosexuel.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte