Partager cet article

Les oiseaux toxiques sont bien la preuve que la nature veut votre mort

Un vilaine caille des blés du zoo de Varsovie. / Guérin Nicolas via WikimediaCC License by

Un vilaine caille des blés du zoo de Varsovie. / Guérin Nicolas via WikimediaCC License by

Depuis des millénaires, ils nous empoisonnent.

Voici une énigme médico-légale: en Turquie, dix personnes mangent des cailles rôties un soir d'automne. Quelques heures plus tard, quatre convives se mettent à vomir. Ils se sentent de plus en plus faibles, leurs muscles se font de plus en plus douloureux. Aux urgences, on leur diagnostique une rhabdomyolyse – un syndrome pouvant être mortel et observé, durant la Seconde Guerre Mondiale, chez les survivants du blitz londonien écrasés sous les décombres. 

Sauf que nous sommes en 2007 et qu'au lieu de subir les bombardements de la Luftwaffe, ces quatre hommes ont été victimes d'un volatile empoisonné.

La caille tue certains prédateurs humains depuis des millénaires

La caille des blés tue quelques-uns de ses prédateurs humains – mais pas tous – depuis des millénaires. Mais cela fait seulement trois décennies que des chercheurs sont partis à la chasse d'oiseaux toxiques vivant en Amérique, en Australie ou en Nouvelle Guinée. Ces oiseaux secrètent des toxines rares et, selon des biologistes, demandent à être mieux étudiés à des fins médicales. Sauf que si ces oiseaux peuvent nous en apprendre beaucoup sur notre génétique, préviennent des scientifiques, ils «disparaissent avec chaque hectare de forêt tropicale abattu, emmenant avec eux les joyaux de la toxinologie».

Dans la Bible, on parlait déjà des intoxications à la caille

Les quatre Turcs que les cailles auront rendu malades ne considèrent sans doute pas ces bestioles comme un joyau toxinologique, à l'instar des Israélites agonisant dans l'Ancien Testament après en avoir mangé. Dans le Livre des Nombres, on peut en effet lire: 

«Comme la chair était encore entre leurs dents sans être mâchée, la colère de l’Éternel s'enflamma contre le peuple, et l’Éternel frappa le peuple d'une très grande plaie.»

Selon des historiens des sciences, le passage décrit une épidémie de coturnisme – une intoxication à la caille. Comme l'écrasement sous des décombres, cette intoxication provoque une rhabdomyolyse, soit la destruction rapide des muscles et une obstruction des vaisseaux sanguins par les cellules musculaires endommagées. Des débris cellulaires qui peuvent ensuite provoquer une insuffisance rénale, voire un choc septique mortel.

Le pitohui bicolore était si puant et amer qu'on le surnommait «l'oiseau poubelle»

 

Si la Bible estime que l'empoisonnement des Israélites est un châtiment divin, des médecins antiques à l'instar de Galien allaient observer que ces intoxications à la caille survenaient le plus souvent en automne. En effet, comme le remarqua le précurseur de la médecine moderne, les oiseaux ne devenaient toxiques que lorsqu'ils mangeaient des graines de ciguë au cours de leur migration vers le sud de la Méditerranée – un périple pouvant les mener en Turquie. 

Les observations de Galien furent remises au goût du jour en 1992, lorsque des biologistes américains essayèrent de comprendre pourquoi le pitohui bicolore était si puant et amer que les habitants de Nouvelle Guinée le surnommaient «l'oiseau poubelle». Lorsque les scientifiques examinèrent des spécimens de l'animal, ils trouvèrent que ses plumes et sa peau renfermaient des batrachotoxines, de dangereuses neurotoxines que l'on trouve aussi chez certaines grenouilles vénéneuses d'Amérique du Sud. 

Mais la concentration en batrachotoxines n'était pas identique chez tous les oiseaux, ce qui laissait entendre que l'oiseau poubelle ne secrétait pas tout seul ses ordures, mais les récupérait autre part. En 2004, des biologistes retrouvent la trace de ces batrachotoxines dans des coléoptères dont raffolent les oiseaux. Ces insectes, de la famille des Melyridae, sont connus chez les habitants de Nouvelle-Guinée pour causer des brûlures lorsqu'ils se posent sur la peau. En mangeant les insectes, le pitohui saturait sa chair de batrachotoxines – et, au cours du temps, l'espèce avait développé une résistance contre ces toxines, résistance dont ses prédateurs sont dépourvus.   

Privilégiez le poulet, la salade verte et un grand verre d'eau

Comme d'autres animaux, le pitohui a découvert qu'en étant vénéneux, il éloignait les prédateurs et les parasites, et que l'alimentation pouvait être une source abondante de poison. Des sources qui varient: l'oie armée de Gambie mange des coléoptères riches en cantharidine, tandis que la gélinotte huppée d'Amérique du Nord et la colombine lumachelle d'Australie récupèrent leurs toxines dans des plantes. Quant à la caille des blés, elle trouve sa neurotoxine, la conicine, dans des graines de ciguë – toxine contre laquelle elle a développé une résistance, contrairement aux humains.

Ce qui nous ramène à notre première énigme: sur les dix mangeurs de caille, seuls quatre ont été atteints de rhabdomyolyse. Pourquoi la maladie n'a-t-elle pas touché tout le monde?

Certaines personnes ont plus de risque de tomber malade en cas de mutation génétiques spécifiques

 

Parce que, pour certains poisons, des gens ont plus de risque de tomber malade s'ils sont porteurs de mutations génétiques spécifiques. A peu près 400 millions de personnes dans le monde sont porteuses d'une mutation qui fait que, lorsqu'elles mangent des fèves (sans forcément de foie ni d'excellent chianti), leurs globules rouges éclatent. D'autres mutations codant pour des enzymes hépatiques responsables de la métabolisation de l'éthanol font que des Asiatiques ont la peau qui rougit lorsqu'ils boivent de l'alcool, ou que d'autres ont immédiatement la nausée dès le premier verre. D'où l'hypothèse d'une susceptibilité génétique à la conicine pouvant expliquer que certaines personnes, et pas d'autres, tombent malades en mangeant de la caille, à l'image des quatre pauvres Turcs de notre histoire.

En attendant que la génétique de l'intoxication à la caille soit parfaitement décryptée, peut-être vaut-il mieux en rester au bon vieux poulet, préférer la salade verte plutôt que les fèves, et arroser le tout d'un grand verre d'eau.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte