Partager cet article

Daech se serait servi d’infos révélées par Snowden

L’ancien employé de la NSA Edward Snowden en liaison vidéo en direct depuis Moscou témoigne devant le Conseil de l’Europe, à Strasbourg, le 23 juin 2015 | REUTERS/Vincent Kessler

L’ancien employé de la NSA Edward Snowden en liaison vidéo en direct depuis Moscou témoigne devant le Conseil de l’Europe, à Strasbourg, le 23 juin 2015 | REUTERS/Vincent Kessler

Selon le renseignement américain, les modes de communication de l’État islamique auraient changé après les révélations d’Edward Snowden sur la façon dont les États-Unis collectaient des informations sur les militants djihadistes.

Un article du New York Times sur l'organisation du leadership de l'État islamique révèle que les têtes pensantes de Daech ont utilisé des informations fuitées par Edward Snowden pour adapter leur stratégie de communication:

«L'État islamique a étudié des révélations d'Edward Snowden, l'ancien employé de la NSA, sur la façon dont les États-Unis collectent leurs informations sur les militants. Un des résultats principaux est que les leaders du groupe utilisent maintenant des messagers et des modes de communication cryptés que les analystes occidentaux ne peuvent pas décoder, selon les officiels des renseignement et de l'armée.»

Cette affirmation venant de sources anonymes a relancé le débat sur les conséquences des actions d'Edward Snowden:

«Apparemment, l'État islamique utilise des infos révélées par Snowden pour échapper aux renseignements US. Quelqu'un devrait lui demander s'il le regrette.»

Sources anonymes

Le journaliste Glenn Greenwald, auquel Snowden avait confié ses documents top secrets, a rétorqué que les officiels anonymes cités par le New York Times ne disent pas forcément la vérité.

«Quelqu'un devrait te demander comment tu peux te dire journaliste si tu penses que des sources anonymes du gouvernement disent forcément la vérité.»

Les sources habituelles de renseignement se sont asséchées, les tactiques ont changé

Michael Morell, ancien directeur adjoint de la CIA

Ce même genre d'accusation avait été faite par l'ancien directeur adjoint de la CIA, Michael Morell, qui avait écrit dans un livre publié en mai dernier, cité par The Daily Beast, que, «quelques semaines après les fuites, les organisations terroristes autour du monde ont commencé à modifier leurs actions par rapport aux révélations de Snowden. Les sources habituelles de renseignement se sont asséchées, les tactiques ont changé». 

Dans les documents révélés par Snowden, on pouvait notamment apprendre des détails sur un système de collecte d'emails de personnes étrangères vivant aux États-Unis. Les documents nommaient par exemple les fournisseurs internet qui donnaient des informations à la NSA et, après cela, Morell explique que plusieurs terroristes surveillés ont changé d'adresse email.

Mais il n'est pas aisé de démêler exactement ce qui vient des documents de Snowden et ce qui vient d'autres sources d'information. D'autres officiels du renseignement soulignent en effet que Daech s'était déjà adapté avant les révélations de Snowden. Un spécialiste interviewé par The Daily Beast, expliquait que, même si Daech a appris beaucoup de ces documents secrets,  les djihadistes, dont certains sont des anciens d'al-Qaida en Irak, ont aussi appris à échapper aux renseignements pendant la période de la guerre contre les États-Unis.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte