Santé / Sciences

Les moustiques utilisent trois sens pour traquer les humains

Temps de lecture : 2 min

Odeur, repères visuels, chaleur: vous êtes une proie facile pour ces insectes qui se nourrissent de votre sang.

Un moustique sur le point de piquer, en Australie | John Tann via Flickr CC License by

À les voir papillonner en tout sens vers la lumière et à les entendre tournoyer autour de nos oreilles comme s'ils semblaient hésiter sur la cible à viser, les moustiques semblent de bien piètres prédateurs.

Et pourtant, pour repérer la peau humaine et nous traquer sous nos draps, ils utilisent une stratégie multi-sensorielle qui implique l'odeur, les repères visuels et la chaleur du corps. Ce sont des scientifiques de l'Institut de Technologie de Californie et de l'Université de Washington qui sont arrivés à ce résultat en examinant le mouvement des moustiques dans un tunnel de vent par le biais de caméras et d’un logiciel de suivi 3D.

Distinguer sa proie

Trois différents stimulis étaient reconstitués dans ce tunnel: un panache de CO2, une tache noire sur le sol et des contenants de verre chauffés, afin de simuler l'odeur, l'apparence visuelle et la chaleur de l'être humain.

Les résultats ont montré que les insectes sont capables de repérer une odeur de CO2 à dix voire cinquante mètres de distance, et ce, même dans un endroit venteux comme ce tunnel. Cette capacité était déjà connue des spécialistes: il n'y a pas de «peau à moustique» mais des personnes qui dégagent plus ou moins de CO2, par exemple si elles sont enceintes, malades, ou si elles ont bu de la bière.

Une fois qu'ils se sont approchés de leur cible (entre cinq et quinze mètres), les insectes sanguinaires commencent à distinguer leur proie. Enfin, arrivés à quelques battements d'ailes, à moins d'un mètre, les moustiques sentent la chaleur dégagée par la peau, ultime indice qui leur confirme qu'ils n'ont plus qu'à trouver un coin de peau douillet où enfoncer leur trompe. Une récente vidéo d'une équipe de l'Institut Pasteur a montré dans le détail comment elle arrivait ensuite à se frayer un chemin jusqu'à un vaisseau sanguin.

Cela dit, si vous avez la chance d'exsuder une odeur qui lui déplaît, vous pouvez dormir tranquille. Pour les autres, préparez la citronelle et les moustiquaires.

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

Les praticiens qui ne savent pas écouter les souffrances de leurs patients les poussent vers des produits et services scientifiquement fumeux.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters