Partager cet article

La reine Elizabeth II, wedding crasher

La reine Elizabeth II à Cambridge, en Angleterre, le 27 avril 2011 | REUTERS/Andrew Winning

La reine Elizabeth II à Cambridge, en Angleterre, le 27 avril 2011 | REUTERS/Andrew Winning

Bientôt 90 balais au compteur et pas prête à mordre la poussière: la reine Elizabeth II détiendra, en septembre prochain, le record du plus long règne britannique. Tout au long de l'été, retrouvez vieux dossiers et anecdotes de la monarque dure-à-cuire.

La publication par The Sun d'une vidéo montrant la future reine d'Angleterre Elizabeth II, alors âgée d'environ 6 ans, faisant le salut nazi, a créé de sacrés remous outre-Manche. Le document, un film amateur de dix-sept secondes jamais rendu public auparavant, a été tourné en 1933 ou 1934 dans la résidence d'été de la famille royale et, selon le tabloïd Mirror, la reine aurait très mal vécu la publication, se serait sentie «trahie». «Il est décevant qu'un film tourné il y a quatre-vingts ans et provenant apparemment des archives personnelles de la famille royale ait été obtenu et exploité de cette manière», a d'ailleurs déclaré la famille royale dans un communiqué relayé par l'AFP. 

Mais au-delà de ces images pour le moins embarrassantes, qui est vraiment la Reine Elizabeth II? Plein de petites anecdotes plus ou moins connues permettent de se retourner sur son parcours, son tempérament, à la veille de ses 90 ans, en avril 2016. Tout au long de l'été, retrouvez ces anecdotes sur Slate.

Que se passe-t-il quand un couple anglais envoie à la reine Elizabeth II un carton d’invitation pour son mariage? Elle se pointe.

John et Frances Canning, 48 et 44 ans, habitent la commune de Prestwich, dans la grande banlieue nord de Manchester. Là-bas, il y a tout ce qu’il faut pour se marier: une belle église, probablement une supérette locale pour y acheter quelques sachets de riz et une mairie. Mais comme tous les jeunes couples, John et Frances Canning voient la vie en grand. Ils décident, pour leurs épousailles civiles, de se rendre à la mairie de Manchester.

L’édifice classé au style victorien et néo-gothique est surmonté d’une horloge de quatre-vingt-cinq mètres. Vitraux, peintures murales historiques et chandeliers de la taille de l’Écosse composent la grande salle de réception. Sûr qu’on est loin des mariages bucoliques sur fond de pompons pastel. En 2012, le bijou architectural fait ainsi l’objet d’une série de timbres de la Royal Mail.

«Une personnalité importante»

John et Frances Canning doivent s’y prendre plusieurs mois en avance pour réserver  la mairie de Manchester. Puisqu’il n’y a jamais vraiment d’été en Angleterre, la date est fixée au mois de mars 2012. La cérémonie se fera en petit comité, quarante invités tout au plus. Peut-être même qu’il fera beau pour les photos à la sortie.

Un mois avant l’échange des vœux, John et Frances Canning reçoivent un coup de fil de la mairie...

Un mois avant l’échange des vœux, John et Frances Canning reçoivent un coup de fil de la mairie. Tout ne se passe pas comme prévu: le même jour, une «personnalité importante» est attendue dans la grande salle de réception. Veulent-ils reporter ou préfèrent-ils conserver la date? En échange, ils peuvent avoir la salle de conférence du premier étage. Le couple choisit d’en rester au plan initial et accepte la salle du premier... Non sans essayer d’en savoir un peu plus sur cette «personnalité importante» qui veut leur voler la vedette.

Lorsque John découvre qu’il s’agit de la reine Elizabeth II en pleine tournée pour son jubilé de diamant, il lui envoie un carton d’invitation[1].

«J’espère que vous passerez une bonne journée à Manchester, je vous souhaite tout le meilleur pour le jubilé et, si vous avez quelques minutes à vous, nous serons la porte à côté!» écrit John dans sa lettre. Il n’avait jamais écrit de lettre à personne auparavant.

Quelques temps après, il est agréablement surpris de voir dans sa boîte aux lettres une petite lettre de Buckingham Palace: la reine décline l’invitation mais elle leur transmet, bien sûr, tous ses vœux de bonheur. Une réponse venant tout droit du Palais! Ça fera une bonne histoire à raconter.

Crochet de la reine

Le jour J, le couple Canning arrive à la mairie en compagnie de ses invités. Tandis que les futurs mariés montent les marches, une centaine de personnes venues pour apercevoir la reine les acclament. Une fois à l’intérieur, ils doivent néanmoins passer les contrôles de sécurité. La reine Elizabeth II et son mari le prince Philip sont là pour déjeuner avec deux-cents bénévoles de la ville dans la grande salle. Comme prévue, la salle de conférence du premier étage est prête pour John et Frances.

John et Frances Canning s’embrassent. Ils sont enfin mariés. Bras dessus, bras dessous, ils quittent la salle avec leurs invités. Mais, arrivés dans le corridor, un employé de la mairie leur demande de patienter un peu.

C’est alors que toute de rose poudré vêtue, débarque Elizabeth II en personne.

«Hello John, Hello Frances.»

 

Les mariés n’en reviennent pas. Une des invitées, sous le coup de l’émotion, trébuche. Elizabeth II la regarde et lui demande si elle ne s’est pas fait mal. Puis elle s’avance vers les époux et leur serre la pince.

La reine, apparemment toujours partante pour une sauterie, avait noté le mariage de John et Frances dans son agenda pour y faire un crochet.

Après les avoir félicités tous les deux, la reine complimente Frances sur sa robe

Après les avoir félicités tous les deux, elle complimente Frances, lui dit qu’elle est très belle dans sa robe. Bien briefé, le prince Philip demande à John où exactement en Italie ils comptent aller pour leur lune de miel. Puis le couple royal pose pour quelques photos avec les nouveaux mariés.

«C’était phénoménal», dira John Canning à la BBC. Frances Canning, quant à elle, décrira la rencontre par ces mots:

«C’était un peu effrayant, mais adorable

 Ce jour-là, il faisait très beau à Manchester.

1 — Son adresse: Her Majesty The Queen, Buckingham Palace, London SW1A 1AA Retourner à l'article

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte