Santé

Ne laissez pas vos enfants manger du sable à la plage

Temps de lecture : 2 min

Il est plein de bactérie E.Coli et autres petites choses invisibles toutes aussi sympathiques.

Rien de tel, pense-t-on, que des vacances à la mer pour se régénérer: l’air marin vivifiant avec ses embruns chargés en sels minéraux, le sel de mer qui nettoie les sinus, le soleil source de vitamine D, le sable de la plage, véritable exfoliant naturel… Sauf que, sauf que, vous rouler dans le sable ferait peut-être du bien à votre peau, mais risquerait de vous apporter d’autres désagréments. Il est en effet chargé de bactéries, démontre une nouvelle étude sur le sujet.

Et notamment de bactéries fécales, comme E.Coli, qui seraient dix fois plus présentes sur les plages hawaiennes analysées par les chercheurs de la revue Environmental Science & Technology que dans les mers alentours.

Diarrhées, infections, maux de ventre...

Ne laissez donc pas vos enfants mettre du sable dans la bouche ou se rouler dedans: ils risquent une infection de la peau, des troubles intestinaux, une diarrhée, ainsi que d’autres réjouissances du même acabit.

L’étude vient confirmer de précédents résultats publiés en 2012. Pourtant, depuis, il n’y a toujours aucune mise en garde sur les plages françaises, ni aux Etats-Unis.

Slate.fr

Newsletters

«400 recrutements pour lutter contre les déserts médicaux en Lorraine ce serait pas mal, pour la France, ça ne fait pas beaucoup» 

«400 recrutements pour lutter contre les déserts médicaux en Lorraine ce serait pas mal, pour la France, ça ne fait pas beaucoup» 

La députée France Insoumise de Meurthe et Moselle, Caroline Fiat, aide-soignante de profession, n'est pas satisfaite des mesures du plan santé du gouvernement.

Les ravages de l'industrie de la bière en Afrique

Les ravages de l'industrie de la bière en Afrique

Une population jeune en pleine croissance, un pouvoir d’achat en hausse... Le continent est un eldorado pour les géants du secteur qui ne reculent devant rien.

Fin du numerus clausus, fin des annuaires qui volent et de la concurrence sadique

Fin du numerus clausus, fin des annuaires qui volent et de la concurrence sadique

«Peut-être que si vous passez en deuxième année, vous commencerez à devenir quelque chose, mais pour l’instant, vous n’êtes rien.»

Newsletters