Santé

Ne laissez pas vos enfants manger du sable à la plage

Temps de lecture : 2 min

Il est plein de bactérie E.Coli et autres petites choses invisibles toutes aussi sympathiques.

/

Rien de tel, pense-t-on, que des vacances à la mer pour se régénérer: l’air marin vivifiant avec ses embruns chargés en sels minéraux, le sel de mer qui nettoie les sinus, le soleil source de vitamine D, le sable de la plage, véritable exfoliant naturel… Sauf que, sauf que, vous rouler dans le sable ferait peut-être du bien à votre peau, mais risquerait de vous apporter d’autres désagréments. Il est en effet chargé de bactéries, démontre une nouvelle étude sur le sujet.

Et notamment de bactéries fécales, comme E.Coli, qui seraient dix fois plus présentes sur les plages hawaiennes analysées par les chercheurs de la revue Environmental Science & Technology que dans les mers alentours.

Diarrhées, infections, maux de ventre...

Ne laissez donc pas vos enfants mettre du sable dans la bouche ou se rouler dedans: ils risquent une infection de la peau, des troubles intestinaux, une diarrhée, ainsi que d’autres réjouissances du même acabit.

L’étude vient confirmer de précédents résultats publiés en 2012. Pourtant, depuis, il n’y a toujours aucune mise en garde sur les plages françaises, ni aux Etats-Unis.

Slate.fr

Newsletters

Weed ou méditation: quelle méthode est la plus efficace pour réduire le stress?

Weed ou méditation: quelle méthode est la plus efficace pour réduire le stress?

Les deux méthodes sont efficaces, l'une est interdite en France, mais laquelle est la meilleure?

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Une étude médicale sans précédent démontre que les commotions cérébrales augmentent le risque futur d’affections neuro-dégénératives et de maladie d’Alzheimer. Dans le même temps, le jeu de rugby devient de plus en plus violent.

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

La stigmatisation des malades mentaux continue à contrarier la prise en charge de beaucoup d'individus.

Newsletters